Ligue 1 : « Je ne peux me laisser traiter de la sorte », Marcelo s’adresse aux supporters de l’OL

FOOTBALL Le défenseur Brésilien a publié une lettre sur les réseaux sociaux, revenant sur l'affaire de la bannière lors de l'après-match contre Leipzig

J.L.

— 

Marcelo a écrit une lettre aux supporters Lyonnais.
Marcelo a écrit une lettre aux supporters Lyonnais. — ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Ni une provocation, ni une volonté de rapprochement très marquée. Marcelo, qui est devenu le bouc émissaire de certains membres des Bad Gones, le principal groupe d’ultras lyonnais, s’est adressé aux supporters lyonnais dans une lettre publiée sur les réseaux sociaux.

Quelques jours après ses bras d’honneur en direction du Virage Nord après qu’un soi-disant fan de l’OL a décidé de pénétrer sur la pelouse avec une banderole comparant Marcelo à un âne, occasionnant un début d’échauffourée avec Depay venu le défendre, le défenseur brésilien a mis un peu d’eau dans son vin : « Je m’excuse si ma réaction a blessé quelqu’un ».

Mais sur le fond, Marcelo ne se reproche pas grand-chose, lui qui est accusé par les Bad Gones d’avoir provoqué certains de ses membres au retour du match de C1 contre Benfica, en plus de performances sportives jugées insuffisantes.

« Depuis l’an dernier, des membres des Bad Gones mènent une campagne contre moi et j’ai été menacé par un membre de ce groupe après le match de Ligue des champions contre Benfica. Et je ne suis pas le premier joueur à avoir un problème avec ce groupe organisé. Compte tenu de tout cela, je ne peux rester silencieux et me laisser traiter de la sorte. » « Je suis contre toute forme d’insulte et de racisme. Après avoir vu cette banderole de mauvais goût contre moi, qui était déjà là depuis quelques matchs […] Chacun à ses limites. »

Voilà qui promet une nouvelle partie de plaisir lors de la réception de Rennes dimanche, même si les Bad Gones vont sans doute jouer l’apaisement, au moins le temps de la cérémonie hommage en l'honneur de Bernard Lacombe, l’homme aux 149 buts avec le club entre 1969 et 1978.