OM : Jadis oublié, le fondateur du club, René Dufaure de Montmirail, est désormais très « hype »

FOOTBALL Marseille, deuxième de Ligue 1, fête cette saison ses 120 ans. Le fondateur de l'OM René Dufaure de Montmirail est revenu en grâce progressivement, non sans heurts

Jean Saint-Marc

— 

Un grand tifo en hommage à René Dufaure de Montmirail, le 10 novembre 2019 au Vélodrome.
Un grand tifo en hommage à René Dufaure de Montmirail, le 10 novembre 2019 au Vélodrome. — S. Thomas / AFP
  • L’Olympique de Marseille affronte ce samedi (17h30) le FC Metz. Avant cet « historico », « 20 Minutes » retrace l’histoire du retour en grâce du fondateur de l’OM, René Dufaure de Montmirail.
  • Longtemps méconnu, voire selon certains mis de côté, René Dufaure de Montmirail est désormais très souvent honoré à l’OM.

Un haut-de-forme, une moustache en croc, un port de tête altier. Cette silhouette, longtemps oubliée, est désormais connue de tous, à Marseille. Le visage de René Dufaure de Montmirail, fondateur de l’OM, est apparu au centre du tifo de plusieurs mètres de haut prévu pour OM-OL, le 10 novembre, au Vélodrome. « J’ai trouvé cela très beau, très fort » raconte son arrière-petit-fils Valeilles, avec qui nous traquons, désormais sur quelques centimètres d’un écran de téléphone, des photos des premières années de l’OM : « Celle-ci était nimbée de mystères mais j’ai identifié les 14 joueurs autour de lui. Ce qui est frappant, c’est qu’ils sont tous un peu aventuriers ! »

Valeilles Dufaure de Montmirail est passionné, depuis longtemps, par l’histoire de sa famille. En janvier 2016, il entame un travail de biographe, squatte les archives et se lance dans un lobbying effréné pour que ses arrière-grands-parents – puisque c’est à Madeleine Dubois que l’OM doit sa devise – soient honorés.

L'« amnésie » puis la plaque commémorative

A l’époque, il n’est pas tendre avec les actuels dirigeants du club. Dans un mail titré « amnésie » et envoyé à plusieurs médias locaux début 2017, Valeilles Dufaure de Montmirail s’étrangle : « Le nom de René de Montmirail n’est même pas mentionné sur le site officiel de l’Olympique de Marseille. Quelqu’un a-t-il une explication à ce tour de magie ? »

Valeilles Dufaure de Montmirail travaille depuis 2016 sur la vie de son arrière-grand-père René.
Valeilles Dufaure de Montmirail travaille depuis 2016 sur la vie de son arrière-grand-père René. - J. Saint-Marc / 20 Minutes

« L’héritier » obtient le soutien de la Vieille Garde du Commando Ultra : « A l’époque, on trouvait qu’il manquait vraiment un nom de place en hommage au fondateur de l’OM, raconte un membre de ce groupe de supporters, vigie de la mémoire olympienne. On n’était pas les seuls, d’ailleurs : les Winners avaient décoré la Commanderie quelques années plus tôt avec une fresque à son image. On a lancé une pétition, ça s’est très bien terminé. » En février 2017, 100 ans après la mort de René Dufaure de Montmirail, Jacques-Henri Eyraud et des élus locaux inaugurent une plaque commémorative sur le parvis du stade Vélodrome.

« L’OM a découvert il y a trois ans qu’il avait un fondateur ! »

Pourquoi l’OM a-t-il attendu si longtemps pour honorer son premier président ? « Le club a découvert il y a trois ans, en 2016, qu’il avait un fondateur », dénonce Valeilles. Une salariée chargée de ces dossiers à l’époque dément :

Ce qui est vrai, c’est qu’on a découvert à ce moment-là qu’il y avait à Marseille des descendants du fondateur. Valeilles était visiblement frustré par ce manque de reconnaissance à son sujet. Mais on parlait régulièrement de son arrière-grand-père dans les supports de communication, dans le livre des 110 ans (publié en 2009), ou sur une bâche dans le salon du président. »

Cette ex-salariée de l’OM se souvient même d’avoir « surexploité » la fameuse photo du fondateur, évoquée en début d’article.

Sur ce sujet brûlant, un regard extérieur. Celui de Carlo Molinari, mémoire du FC Metz, adversaire de l’OM ce samedi (17h30). « Ce n’est pas à mon honneur, mais je suis incapable de vous citer de tête les noms des deux fondateurs du FC Metz, lâche le président d’honneur du club. Ce n’est pas facile de retrouver des éléments qui datent de 1932, d’autant plus qu’en termes d’archives, au FC Metz, on n’a pas toujours été très pointus. Mais comme l’OM, on essaye de ne pas oublier notre passé. »