OM-Bordeaux : « Meilleur coach de Ligue 1 » selon Costil, Sousa a perdu son pari face à Villas-Boas

FOOTBALL Face à l’OM, l’entraîneur de Bordeaux Paulo Sousa n’a pas renoncé à ses principes de jeu et à son exigeant système tactique. Ça n’a fonctionné qu’une mi-temps, face à son ancien formateur Villas-Boas

Au stade Vélodrome, Jean Saint-Marc

— 

Le coach des Girondins Paulo Sousa (à gauche) s'est incliné face à l'OM de son compatriote André Villas-Boas (à droite), le 8 décembre 2019 au Vélodrome.
Le coach des Girondins Paulo Sousa (à gauche) s'est incliné face à l'OM de son compatriote André Villas-Boas (à droite), le 8 décembre 2019 au Vélodrome. — AFP
  • André Villas-Boas a remporté son duel face à son compatriote portugais Paulo Sousa, ce dimanche.
  • L’OM a battu Bordeaux (3-1) après avoir été mené 1-0 à la mi-temps, au prix d’importants changements de stratégie.

Ils ont tous deux la quarantaine rugissante et des passeports portugais avec des visas du monde entier. Paulo Sousa et André Villas-Boas ont aussi de vraies idées footballistiques et, ce dimanche, celles du coach marseillais ont triomphé. Mené à la pause, l’OM a réussi à renverser la vapeur et à battre Bordeaux ( 3-1) principalement grâce à son entraîneur.

Evacuons le plus évident : lors d’un de ces indispensables moments de vestiaire où l’on « se dit les choses qu’on a à se dire », Villas-Boas a réussi à remobiliser mentalement ses troupes. Il les a surtout réorganisées. « Bordeaux faisait exprès de relancer court pour nous attirer et mettre de longs ballons dans notre dos, quand on était au pressing, note Valentin Rongier. Cette tactique nous mettait en difficulté en première mi-temps, alors on a réagi. »

Comment ? « On a réussi à changer la hauteur du bloc, à mettre plus d’agressivité et aller les chercher plus haut », raconte Morgan Sanson, buteur et passeur décisif ce dimanche, qui salue son « équipe de chiens ». Ce pressing haut a « tout changé », estime Jordan Amavi, lui aussi buteur. Mais Villas-Boas observe que « c’est Otavio qui a changé de position et c’est lui qui a fait l’erreur (amenant le but de Sanson). A la mi-temps, on a simplement dit à Rongier de monter plus haut. »

« Je voulais faire rejouer Alvaro pour ce match tactique »

Un choix payant, comme celui de retenter l’expérience Kamara au milieu de terrain : « Je voulais faire rejouer Alvaro pour ce match tactique, un match qui rend obligatoires les compensations des centraux qui doivent sortir quand Adli et De Préville vont entre les lignes. »

L’ancien stagiaire d’André Villas-Boas Paulo Sousa ne regrette pas de jouer et de s’exposer au pressing ? « Je ne crois pas que ce soit lié à cela. La preuve, c’est que sur le deuxième but, Otavio n’était pas pressé ! » Il pointe des « petits détails individuels à améliorer » et « une mauvaise gestion émotionnelle du match », même si son équipe a subi 25 tirs et a perdu de nombreux duels.

Mais Paulo Sousa continue de penser que « pour rivaliser à ce niveau, et pour respecter l’histoire de notre club, on doit avoir le contrôle du ballon. Tout le monde doit croire en ça, c’est ma conviction. »

Elle est partagée dans le vestiaire, même après cette défaite qui met fin à une série de six matchs sans revers. « On s’est fait piéger par nos principes, mais j’aime bien, car au moins, on a des principes, salut Benoît Costil. (Paulo Sousa) est le meilleur coach de Ligue 1. Je vous le dis sérieusement, il ira très loin. »