Stade Toulousain : « Richie et Rory, c’est presque pareil »… A Toulouse, un jumeau Arnold chasse l’autre

RUGBY A peine parti de Toulouse, l’excellent deuxième ligne australien Richie Arnold est remplacé par son jumeau Rory. Le Wallaby fera ses débuts samedi contre le Connacht, en Coupe d'Europe

Nicolas Stival

— 

Les jumeaux Arnold : Richie à gauche et Rory à droite.
Les jumeaux Arnold : Richie à gauche et Rory à droite. — Rémy Gabalda / AFP et Tertius Pickard / AP / Sipa
  • Deux semaines après le dernier match de Richie Arnold avec le Stade Toulousain, son jumeau Rory commencera samedi face au Connacht son aventure en Rouge et Noir.
  • Auteur d’un bon Mondial avec l’Australie, Rory présente a priori plus de références que Richie, jamais sélectionné mais qui « a marqué le club », comme l’indique Ugo Mola.
  • Les joueurs toulousains ont encore du mal à faire la distinction entre les deux frères, qui évoluent tous deux en deuxième ligne.

Dans le sport, il y a les jumeaux qui font tout ensemble, comme les tennismen Bob et Mike Bryan. Et puis, il y a ceux qui se relaient. Prenez les quinzistes australiens Arnold, âgés de 29 ans. Débarqué dans l’anonymat en janvier dernier au Stade Toulousain, Richie a reçu l’ovation du Stadium pour son dernier match en Rouge et Noir le 9 novembre contre Clermont (34-8). Neuf jours plus tard, Rory débarquait à Ernest-Wallon, pour étrenner un contrat de trois saisons.

Le récent quart de finaliste de la Coupe du monde au Japon fera ses débuts dans sa nouvelle maison contre les Irlandais du Connacht, samedi en Coupe d’Europe, avec à peine une semaine d’entraînement dans les pattes. « Quand on se retourne, on le fait en général deux fois car on a l’impression que c’est toujours Richie qui est là, s’amuse Yoann Huget. On a envie de sortir une petite blague, mais on ne connaît pas encore assez Rory. C’est un peu déstabilisant mais on va s’y faire. »

Il faut dire que les frangins poussent le mimétisme très loin : ils sont deuxième ligne, mesurent 2,08 m et, si l’on en croit les stats du Stade Toulousain, n’ont que cinq kilos de différence (Richie est le plus lourd avec 125 kg). « Et puis Richie et Rory, c’est presque pareil, souligne le centre Sofiane Guitoune. On a un peu de mal encore. »

Rory mène 22 sélections à zéro

Du haut de ses 22 sélections, Rory, le Wallaby en provenance des Brumbies de Canberra, est sur le papier le meilleur des deux. Sauf que le non-capé Richie, arrivé comme simple « joueur additionnel » du club japonais de Yamaha Júbilo, où il vient de repartir, a laissé une trace indélébile en même pas un an. « Il y a des gars qui ont évolué cinq, six ou sept ans ici, et on ne sait pas qu’ils y ont joué, et d’autres qui ont joué six ou sept mois, et qui ont marqué le club, observe le manager Ugo Mola. C’est le cas de Richie Arnold. »

« Même nous qui le suivions depuis un moment avons été surpris par sa capacité à s’intégrer rapidement et à bouleverser totalement la hiérarchie. Il finit champion de France, il a fait le boulot comme joker Coupe du monde. »

Alors forcément, « on va comparer Rory à son frère », admet Mola. Un autre deuxième ligne toulousain prénommé Richie se veut assez confiant pour le nouveau (Rory, merci de suivre). « Il est bien intégré dans le vestiaire, ça va être un super joueur, promet l’Ecossais Gray. Ils sont très similaires, avec une grosse capacité de travail, ils sont très bons en conquête. »

Associés chez les Brumbies lors de la saison 2018 de Super Rugby, les deux Arnold devraient bientôt se retrouver face à face : un match amical est en effet prévu entre Toulouse et son club partenaire de Yamaha Júbilo, mardi prochain à Ernest-Wallon.