« Pas un premier choix », les débuts difficiles de l'ancien Rennais Ismaïla Sarr en Angleterre

FOOTBALL L’ailier sénégalais de Watford retrouve sa sélection nationale ce mercredi pour affronter le Congo

Camille Allain

— 

Ismaïla Sarr, ici sous les couleurs de Watford lors du match face à Sheffield United en Premier League.
Ismaïla Sarr, ici sous les couleurs de Watford lors du match face à Sheffield United en Premier League. — SIPA
  • Transféré à Watford pour un montant record cet été, l’ancien Rennais Ismaïla Sarr n’arrive pas à s’imposer en Premier League.
  • L’attaquant sénégalais jouera avec sa sélection ce mercredi face au Congo.
  • D’après les observateurs du club, Ismaïla Sarr aura des opportunités pour s’imposer dans les semaines à venir.

Il n’a pas joué ce week-end et a regardé de loin ses coéquipiers de Watford s’imposer 2-0 à Norwich. Une victoire importantissime pour le club de la banlieue londonienne, qui n’avait toujours pas gagné en Premier League cette saison. Légèrement blessé, Ismaïla Sarr n’était pas là. L’ancien joueur du Stade Rennais n’est plus apparu dans l’escouade de Quique Sanchez Florès depuis un déplacement à Tottenham où il n’avait pas quitté le banc. Ce mercredi, l’attaquant sénégalais sera pourtant dans le groupe pour affronter le Congo avec sa sélection, à l’occasion du premier match de qualification à la Coupe d’Afrique des nations (CAN). Etrange ? Pas tant que ça.

« Ce n’est pas une surprise. Sarr est l’un des éléments clé du dispositif d’Aliou Cissé », estime le journaliste El Hadji Touré, fin connaisseur de la sélection sénégalaise. « C’est un joueur sur lequel le sélectionneur compte beaucoup, malgré son faible temps de jeu avec son club ». L’ancien Rennais avait d’ailleurs joué l’intégralité de la rencontre amicale face au Brésil en octobre. « Sa situation ne lui plaît pas, il me l’a dit quand on s’est parlé. Mais je pense que petit à petit, il va s’adapter à ce football où il y a beaucoup d’impact », avait déclaré Aliou Cissé début novembre.

Transféré le 8 août pour 30 millions d’euros, un record pour Watford comme pour le Stade Rennais, Ismaïla Sarr n’a pas eu l’occasion de briller depuis son arrivée outre Manche. Souvent remplaçant, il n’a joué que 167 minutes en Premier League et n’a inscrit qu’un but en coupe face à la modeste équipe de Coventry, qui évolue en troisième division. « Javi Gracia voulait l’intégrer progressivement mais les résultats de l’équipe n’étaient pas bons. Et maintenant que Quique Sanchez Flores a repris l’équipe (Gracia a été viré après quatre journées), le système est plus défensif, il laisse moins de place à un ailier rapide. C’est un mauvais timing pour lui », avance Graham Clews, commentateur anglais sur la chaîne Dubai Sports TV et grand fan de Watford.

« Flores ne considère pas Sarr comme un premier choix »

Souvent interrogé sur le cas de son joueur, le coach des Hornets a toujours demandé « du temps » pour intégrer Ismaïla Sarr, arguant qu’il devait d’abord s’acclimater au championnat anglais et apprendre la langue. « Flores est sous pression. Il doit d’abord penser à faire gagner l’équipe. Mais surtout, il ne considère pas Sarr comme un premier choix pour cette saison », estime le journaliste sportif anglais de Talksport James Savundra. Ce dernier a plusieurs fois rencontré le coach espagnol. « Il a vanté la vitesse de Sarr mais est-ce que cette seule qualité vaut un tel montant ? Je trouve ça surprenant qu’un club de milieu de tableau investisse autant dans un joueur avec du potentiel, plutôt que dans un talent déjà confirmé ».

Joueur très timide, le jeune Sénégalais de 21 ans paye aussi ses lacunes en anglais, qui ne facilitent pas son intégration dans une équipe expérimentée. « Ce n’est pas simple d’intégrer un vestiaire avec des anciens comme Ben Foster, Troy Deeney ou Tom Cleverley. C’est intimidant », insiste James Savundra. « Il est souvent apparu nerveux, ce qui se comprend. Mais la langue n’est pas une excuse, d’autant qu’il a Etienne Capoue et Abdoulaye Doucouré pour l’aider. Pour moi, il doit jouer, que ce soit un succès ou un désastre », embraye Graham Clews.

Un petit pétard et ça repart

Dans une équipe déjà bien fournie sur le plan offensif, Ismaïla Sarr va peut-être devoir patienter pour se frayer une place en attaque aux côtés de Troy Deeney ou du talentueux Gerard Deulofeu. Il pourrait cependant profiter de la blessure de la star Danny Welbeck, qui sera absent plusieurs mois. Mais il va devoir être décisif rapidement, Watford ayant déjà trouvé une nouvelle pépite en enrôlant le prodige de Fluminense Joao Pedro. « Pour moi, Sarr aura des opportunités, surtout si Watford s’éloigne de la zone de relégation », estime James Savundra. On lui conseille d’envoyer un petit missile façon Jablonec, cela devrait apaiser les fans pour un moment.