Nice-Bordeaux: «Le dernier geste a manqué», les Girondins butent contre Nice par manque de réalisme

FOOTBALL Bordeaux n’est pas arrivé à faire mieux que le match nul 1-1 contre l’OGC Nice vendredi soir à l’Allianz Riviera

Mathilde Frénois

— 

Jimmy Briand inscrit l'unique but bordelais sur penalty contre l'OGC Nice.
Jimmy Briand inscrit l'unique but bordelais sur penalty contre l'OGC Nice. — AFP

Il y a des chiffres qui ne trompent pas. Vendredi soir face à l’OGC Nice, les Girondins de Bordeaux ont totalisé 62 % de possession de balle et 90 % de passes réussies. Les trois points assurés avec de telles statistiques ? Ce genre de calculs ne fonctionne pas automatiquement pour les Bordelais. Ils butent contre Nice à l' Allianz Riviera et n’accrochent que l’égalité (1-1) après avoir dominé les échanges, s’offrant tout de même une troisième place provisoire au classement de Ligue 1.

« Le dernier geste a manqué. On a péché dans la finition, analyse le jeune milieu Aurélien Tchouaméni. Ce sont des choses qui se travaillent. Le plus important, c’est quand même de se créer des occasions. C’est vrai qu’il y a eu quelques matchs où avec un peu plus de réalisme, on aurait pu prendre un peu plus de points. La semaine dernière contre Nantes, c’est ce réalisme-là qui nous a permis de gagner le match. »

« Il a manqué la dernière action »

Contrairement au match contre le FC Nantes qu'évoque Aurélien Tchouaméni, Bordeaux a été mené au score à Nice. Grâce à une tête de Pierre Lees-Mélou sur un centre de Youcef Atal, les Aiglons rentrent aux vestiaires avec un but d’avance. Mais il n’aura pas fallu plus de quatre minutes aux hommes de Paulo Sousa pour revenir au score avec un penalty transformé par Jimmy Briand.

« C’est un match qu’on doit gagner. Nous sommes supérieurs à notre adversaire tout le match. Même si, parfois, on lui a laissé des opportunités de transitions rapides et de contre-attaques », estime le coach de Bordeaux. Sur l’ensemble du match, les Girondins ont tenté dix frappes. Parmi elles, quatre sont cadrées. « Il a manqué la dernière action dans la zone de création, poursuit-il. Pour parvenir en haut du classement, il faut trois ou quatre buteurs. On travaille à cela durant la semaine. On donne de la confiance aux joueurs. » Après la trêve internationale, Bordeaux retrouvera un autre adversaire méditerranéen, l’AS Monaco.