Coupe du monde de rugby : L'organisation défend sa gestion du typhon

RUGBY Trois matchs du Mondial ont dû être annulés ce week-end

A Tokyo, Mathias Cena

— 

Le Japon affronte l'Ecosse lors du dernier match de poules du Mondial de rugby, le 13 octobre 2019.
Le Japon affronte l'Ecosse lors du dernier match de poules du Mondial de rugby, le 13 octobre 2019. — Jae Hong/AP/SIPA

« We did the right thing » («On a pris la bonne decision »). En une phrase, les responsables de World Rugby ont résumé leur position sur l’organisation de la Coupe du monde 2019, et en particulier sa gestion critiquée des conséquences du typhon Hagibis, l’un des plus violents depuis plusieurs décennies, dont le bilan encore provisoire est de près de 70 morts.

« Notre position était très claire avant même le tournoi sur les règles en cas d’événement imprévu. Elles stipulent que les matchs de poules qui ne peuvent pas avoir lieu au jour prévu sont annulés, pas reportés », a martelé mardi Alan Gilpin, le directeur du tournoi, à l’occasion d’une conférence de presse à Tokyo.

« Le meilleur de notre sport »

Au total, trois matchs ont dû être annulés à cause du typhon, qui a ravagé l’est et le nord-est du Japon pendant le week-end. Si l’absence d’Angleterre-France n’a pas eu de conséquences sur le tableau, les deux pays étant déjà qualifiés pour les quarts, l’annulation de Nouvelle-Zélande - Italie avait provoqué l’ire des Italiens, qui avaient encore une chance de qualification – purement mathématique car ils auraient dû battre les All-Blacks avec un point de bonus.

La Namibie et le Canada qui, déjà tous les deux éliminés, devaient s’affronter dimanche à Kamaishi, se sont illustrés en venant en aide aux habitants. « Ça reflète le meilleur de notre sport », s’est félicité Bill Beaumont, le président de World Rugby.

La fédération écossaise dans le collimateur

A côté de lui, Brett Gosper, le directeur général de World Rugby, a regretté les commentaires « peu obligeants et décevants » de certains, allusion aux critiques de l’Ecosse, qui aurait pu se qualifier avec une victoire contre le Japon et avait clairement fait savoir qu’elle n’entendait pas repartir sans avoir disputé le match. World Rugby a annoncé mardi la saisine d’une Commission des conflits au sujet « du comportement et des commentaires de la Fédération écossaise ».

Le match a finalement eu lieu comme prévu dimanche et s’est soldé par une victoire (28-21) du pays organisateur. « Une victoire pour le peuple japonais et le rugby », a jugé Beaumont. Pour les annonceurs aussi : la rencontre a rassemblé en moyenne 39,2 % des téléspectateurs de l’est du Japon, avec un pic à 53,7 %.