FC Nantes-Stade Rennais : Y a-t-il des raisons d’être inquiet pour Rennes ?

FOOTBALL Rennes a été battu (1-0) Nantes, mercredi soir. Les Bretons, qui se déplaceront à Marseille dimanche, n’ont plus gagné depuis fin août

David Phelippeau

— 

Grenier dépité avant que Touré ne tire le penalty victorieux.
Grenier dépité avant que Touré ne tire le penalty victorieux. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
  • Le Stade Rennais a été battu (1-0) à Nantes, mercredi soir.
  • Neuvièmes au classement de la Ligue 1, les hommes de Julien Stephan n'ont plus gagné depuis un mois.
  • L'entraîneur breton réclame du temps.

A force de ne pas avancer, Rennes finit par reculer. Avec seulement deux points pris sur les quatre derniers matchs de Ligue 1, le Stade Rennais a pris place dans le ventre mou (9e) du classement. « En ce moment, le nombre de points engrangés est insuffisant, mais il n’y a pas lieu de s’agacer, de s’énerver, de s’inquiéter », relativise l’entraîneur Julien Stephan. Pas d’inquiétude peut-être, mais de la vigilance quand on voit la prestation indigente des Rennais, battus (1-0) à Nantes mercredi soir.

Le SRFC est clairement dans le dur. Dans le jeu, mais aussi physiquement. Et la multiplication des rencontres de L1 et d’Europa League y contribue forcément. « L’enchaînement tous les trois jours, c’est difficile, mais je ne veux pas me réfugier derrière ça, dit, calmement, Stephan. Je ne veux pas non plus me réfugier derrière le fait que nos adversaires ont plus de temps de récupération que nous ces dernières semaines… » Ce ne sont pas des excuses valables selon le coach rennais, mais il n’hésite toutefois pas à en parler de manière récurrente.

Rebondir à… Marseille dimanche

Mercredi soir, dans un stade qui lui réussissait pourtant à merveille depuis quatorze ans, Rennes a manqué de gaz. Et d’idées aussi. « On ne peut s’en prendre qu’à nous sur ce match-là, peste Clément Grenier, qui a traversé cette rencontre sans influer sur les débats. Nantes ne nous a pas montré grand-chose. Nous, on a essayé de faire des trucs ensemble, mais ce ne fut pas assez convaincant et efficace. » Et très désordonné. Niang aurait pu ouvrir la marque sur penalty, mais sa frappe fut aussi puissante que celle d’un pupille… « C’est horrible de ne pas gagner, poursuit Grenier. Cela fait un mois qu’on n’a pas eu cette chance-là. Il faut rester positif. On est une équipe jeune et construction. Il faut avoir confiance en nous car on ne croit pas assez en nous. C’est un moment difficile, mais la chance qu’on a, c’est qu’on enchaîne les matchs. » Rennes sera encore en déplacement, et cette fois-ci à Marseille, dimanche.

Julien Stephan ne veut tirer aucune conclusion hâtive et appelle à la patience : « Aujourd’hui, je crois qu’on ne connaît pas encore le potentiel de cette équipe-là. Personne ne peut le déterminer. C’est le temps qui nous dira quel est le potentiel de ma formation. »