Monaco-OM : Marseille invente le but dans le noir (et bat l’ASM au terme d’un match renversant)

FOOTBALL Le choc de la cinquième journée de Ligue 1 entre Monaco et Marseille a tenu ses promesses : l’OM a battu l’ASM (2-3) au terme d’un match spectaculaire

Jean Saint-Marc

— 

Valère Germain a marqué son premier but en quatre mois pendant une coupure de la retransmission sur Canal+.
Valère Germain a marqué son premier but en quatre mois pendant une coupure de la retransmission sur Canal+. — Y. Coatsaliou / AFP
  • Mené 2-0 à la demi-heure de jeu, l’Olympique de Marseille a renversé la vapeur face à Monaco.
  • Les Marseillais sont quatrièmes à l’issue de cette cinquième journée de Ligue 1. Monaco reste scotché à la 19e place.

De notre envoyé spécial à Monaco,

L’OM a longtemps été spécialiste des buts en clair. Ce dimanche, Marseille a inventé le but dans le noir : Germain a égalisé pendant une rupture de faisceau de Canal+. C’était sinon un match très télégénique : l’ASM a mené 2-0, avant de s’effondrer ( 3-4). L’OM est désormais quatrième, à deux points du premier, le PSG. Deux, c’est aussi le total de points récoltés par un Monaco en plein doute (et 19e).

L’OM a du répondant

Centres ratés, imprécisions, incompréhensions : l’OM a ménagé le suspense en début de match. Puis Benedetto a réveillé ses coéquipiers d’un tonitruant « vamos », à la 39e, après un but de renard des surfaces (2-1). Le centre était destiné à Germain mais l’Argentin, oublié par la défense monégasque, a fusillé Lecomte de près. Même recette pour son second but, marqué à la 67e (2-3) : une défense au ralenti, un Benedetto isolé qui reprend sans contrôle. Son quatrième but en quatre matchs.

Entre-temps, Germain avait égalisé sur une action fantasque : claquette de Lecomte, transversale de Benedetto et un violent plongeon pour la mettre au fond (2-2, 42e). Payet a lui fait dans le classique, avec un enroulé de l’entrée de la surface, face à des Monégasques encore une fois apathiques (2-4, 61e).

Ben Yedder et Slimani, duo déjà chaud

C’est Laurel et Hardy version football – sauf qu’ils ne font pas rire les défenseurs adverses. Une quinzaine de kilos et dix-huit centimètres permettent de distinguer aisément Ben Yedder et Slimani. Mais les deux recrues ont le même sens du jeu, et du but. Ben Yedder a d’abord parfaitement tiré son penalty (par ailleurs sévère), à la 16e (1-0).

C’est sur une offrande de Slimani qu’il a inscrit son second but (27e, 2-0), en deux temps. L’international français est sorti blessé avant l’heure de jeu. Slimani a continué de briller, sans réussir à marquer.

Mandanda en sauveur

L’OM avait égalisé en trois minutes, en première mi-temps. Monaco a failli rerenverser le match en deux minutes, en seconde période. Baldé a d’abord remis son équipe dans le match d’une frappe puissante, après un joli rush de Bakayoko (3-4, 75e). Puis Slimani s’est heurté à un Mandanda impressionnant : le gardien marseillais a claqué son joli retourné (76e), et la frappe de près de Baldé (76e). Le capitaine olympien était aussi là pour calmer un début de bagarre à la 88e : sauveur… et médiateur.