Top 14 : Un point sur dix possibles… Comme prévu, le Stade Toulousain galère en ce début de saison

RUGBY Après Bordeaux, Lyon. Très diminué, le Stade Toulousain a concédé sa deuxième défaite en deux journées et deux déplacements de Top 14

N.S. avec AFP

— 

Les piliers toulousains Clément Castets et Charlie Faumuina plaquent le troisième ligne de Lyon Liam Gill, le 1er septembre 2019 en Top 14.
Les piliers toulousains Clément Castets et Charlie Faumuina plaquent le troisième ligne de Lyon Liam Gill, le 1er septembre 2019 en Top 14. — Jeff Pachoud / AFP
  • Privé de nombreux joueurs pour cause de préparation à la Coupe du monde, le Stade Toulousain a perdu ses deux premiers matchs de Top 14, à Bordeaux puis à Lyon.
  • Les dirigeants du champion de France s'attendaient à ce début difficile.
  • Les Rouge et Noir vont toutefois vite devoir corriger leurs lacunes en conquête.

Après deux journées de Top 14 à peine, le Stade Toulousain se trouve déjà sous pression avant la réception du Racing 92, dimanche. Comme ses dirigeants le craignaient, les lendemains sont durs pour le champion de France en titre déplumé par la préparation de la Coupe du monde à venir au Japon (20 septembre – 2 novembre), et confronté à un début de calendrier bien compliqué (trois déplacements lors des quatre premiers matchs).

Sans douze de leurs meilleurs joueurs, les Rouge et Noir ont chuté ce dimanche chez de solides Lyonnais (22-12), huit jours après un premier revers à Bordeaux (30-25). Le calcul est vite fait : un point pris sur dix possibles et une (anecdotique) douzième place. « Prendre un point en deux matchs c’est inquiétant, admet le pilier Clément Castets. Mais il y a une différence entre l’inquiétude et la panique. A l’instant T, c’est la forêt amazonienne qui crame qui me fait paniquer, pas notre situation. »

Impossible de donner tort au jeune avant de 23 ans, qui avait déjà apostrophé Emmanuel Macron sur la question écologique avant la finale contre Clermont, le 15 juin (24-18). « Aucun mec dans le vestiaire n’a la banane mais nous n’allons pas nous faire hara-kiri ! », poursuit-il.

Entames de match ratées

Il va tout de même falloir rectifier des lacunes préjudiciables, que les absences de nombreux cadres ne suffisent pas à expliquer. Les entames de match par exemple, avec un essai encaissé dès les premières minutes à Bordeaux comme à Lyon. Prenons aussi la conquête. Face au LOU, les Toulousains ont souffert en touche et surtout en mêlée, malgré la présence de joueurs confirmés dans le pack (Faumuina, Gray, Richie Arnold, Kaino…).

Dominés devant, les Stadistes (déjà menés 10-0 à la 7e minute) ne se sont pas montrés non plus très tranchants derrière, le secteur le plus touché par les absences (Kolbe, Ramos, Médard, Huget, Guitoune, Ntamack, Dupont…). En supériorité numérique pendant les dix dernières minutes après le carton rouge reçu par le Lyonnais Goujon, incapables de marquer un seul essai, ils n’ont jamais pu renverser une rencontre globalement peu emballante.

Les Tedder, Bonneval, Tauzin et autres Belan devront être plus inspirés dès dimanche à Ernest-Wallon, avant un nouveau déplacement compliqué à La Rochelle. Même si, comme le dit Castets, il n’y a pas encore le feu au Stade.