Les affiches d'Uber Eats ont été posées sans autorisation, en dehors des endroits prévus.
Les affiches d'Uber Eats ont été posées sans autorisation, en dehors des endroits prévus. — J. Saint-Marc / 20 Minutes

PUBLICITE

Marseille: Uber Eats s'offre un affichage sauvage sur l'OM... La mairie promet «une amende maximum»

La campagne de pub «l'OM, c'est vous», du nouveau sponsor Uber Eats, ne passe pas du tout auprès de la mairie

  • La société Uber Eats a placardé 6.000 affiches dans Marseille pour annoncer son partenariat avec l'OM, dont elle est le nouveau sponsor maillot.
  • Mais cette campagne d'affichage sauvage devrait lui valoir une amende de 90.000 euros de la part de la mairie de Marseille.

Décidément, l’arrivée d’Uber Eats comme sponsor de l'Olympique de Marseille ne se fait pas sans vague. D’abord cette  conférence de presse de présentation qui a viré au pugilat verbal avec les journalistes. Ensuite une polémique sur la couleur du logo sur le maillot marseillais, conclue par un rétropédalage en règle de l’entreprise de livraison de nourriture. Troisième épisode, cette semaine : la campagne d’affichage sauvage « L’OM c’est vous » qui met en colère de nombreux habitants… Et surtout la mairie de Marseille.

« Vous n’avez pas honte de pourrir les rues de Marseille avec de l’affichage sauvage et illégal ? » s’énerve une Marseillaise. Croisée juste à côté d’une affiche, une autre s’agace : « Les photos sont plutôt jolies, la campagne donne une bonne image des supporters marseillais… Mais pourquoi barbouiller les murs comme ça, en dehors des endroits prévus pour les affiches ? Il y en a beaucoup trop ! »

15 euros par affiche, soit 90.000 euros d’amende

Environ 6.000 affiches ont été posées, selon des sites spécialisés dans la communication sportive. Cette campagne d’affichage sauvage pourrait donc coûter très cher à Uber Eats. Contactée par 20 Minutes, l’adjointe au maire chargée des emplacements publics Marie-Louise Lota (LR) s’emporte, ce mardi, et annonce des sanctions financières :

C’est inadmissible ! Il aurait été plus malin qu’ils louent des panneaux JC Decaux ou autres. Je trouve regrettable que des chefs d’entreprise avec des financements solides – assez pour financer un club de football – ne soient pas foutus de respecter le bien public (sic). On vous demande de ne pas jeter de papier dans la rue… Et c’est exactement ce que font ces grands groupes. Mais ils vont être contents quand ils vont recevoir la facture… »

L’adjointe promet en effet une « amende maximum » et assure que les « verbalisations sont systématiques, d’autant qu’il est facile de retrouver le commanditaire d’une affiche. » La mairie facture 15 euros par affiche, plus 100 euros de frais de dossier. Uber Eats pourrait donc recevoir d’ici à la fin de l’été une amende de plus de 90.000 euros. « C’est bien, ils sponsorisent déjà l’OM, ils vont aussi sponsoriser le nettoyage », ironise Marie-Louise Lota, qui assure « signer un parapheur entier de verbalisations » à chaque fois qu’elle « passe dans le service. »

« Je ne suis pas sûr que toutes les entreprises qui font de l’affichage sauvage à Marseille sont réellement sanctionnées », glisse un bon connaisseur de ces dossiers. Impossible de savoir si Puma, auteur du même genre de campagne l’été dernier, a écopé d’une amende. Ni de connaître le nombre d’entreprises sanctionnées en 2018 ou le montant encaissé par la mairie de Marseille.

Une stratégie pour se donner « une image rebelle »

« Ce qui est sûr, c’est que les amendes ne sont pas proportionnées à la campagne, ça ne coûte finalement pas si cher à l’afficheur, estime Bruno Fraioli, spécialiste de la communication et le sponsoring sportif. Le fondateur du site sportbusiness.club estime que « l’affichage sauvage n’est de toute façon pas choisi par les marques pour faire des économies, mais pour se démarquer, être en dehors de l’institutionnel. » En clair, il s’agit d’un choix « stratégique », pour donner « une image rebelle » à la marque, « communiquer de façon décalée auprès des 15-24 ans. »

Et tant pis pour la pollution visuelle. « C’est idiot, conclut Bruno Fraioli. S’ils avaient la démarche citoyenne de tout nettoyer au bout de deux semaines, ils auraient tout gagné en termes d’image. » Est-ce au programme ? Ce serait surprenant… Et en tout cas, rien n’a été annoncé : ni Uber Eats, ni l’agence à l’origine de cette campagne n’ont répondu à nos sollicitations, ce mardi.