Coupe du monde féminine: Non, promis, Megan Rapinoe n'ira pas à la Maison Blanche en cas de victoire américaine

FOOTBALL Elle voudrait juste retirer le « putain » de sa première intervention

G.B.

— 

Megan Rapinoe.
Megan Rapinoe. — Michael Chow-USA TODAY Sports /S/SIPA

Non, elle n’aurait peut-être pas dû le dire comme ça, mais non, elle ne reviendra pas sur ses propos. C’est en somme le message envoyé par Megan Rapinoe, la star américaine, jeudi, en conférence de presse, rapporte The Hill.

L’attaquante américaine est rapidement revenue sur sa réponse à une question posée par le magazine Eight by Eight qui souhaitait savoir si elle accepterait une invitation à la Maison-Blanche comme c’est de coutume, si les Etats-Unis venaient à remporter la Coupe du monde. « Psssh. Je ne vais pas aller à cette putain de Maison-Blanche. Non. Je ne vais pas y aller. On ne sera pas invité. J’en doute », avait-elle alors dit.

Des propos qui avaient fait (forcément) réagir Donald Trump : « Je suis un grand fan de l’équipe féminine américaine de football, mais Megan [Rapinoe] devrait GAGNER avant de PARLER ! Finissez le travail ! »

« Je voudrais juste supprimer le gros mot »

La polémique qui a suivi a donc amené Rapinoe à remettre une pièce dans la machine.

« Je maintiens ce que j’ai dit sur le fait de ne pas vouloir aller à la Maison-Blanche », a-t-elle assuré. « Je voudrais juste supprimer le gros mot. Ma maman ne sera pas contente. […] Je ne pense pas que je voudrais y aller. Et je voudrais que mes coéquipières réfléchissent longuement au fait que l’on prêterait notre image et que l’on pourrait être récupérées par une administration qui ne partage pas nos opinions et ne défend pas les mêmes choses que nous. »

Rapinoe n’est en tout cas pas seule dans son combat. Jeudi, sa coéquipière Alie Krieger a tenu à la défendre publiquement, et s’en est également prise directement à Trump.