Coupe du monde féminine: «C’est quand même marrant le foot parfois», comment Anthony Modeste se retrouve star improbable du Mondial

FOOTBALL Une chanson et une célébration en son honneur, c'est beaucoup beaucoup pour un seul homme

Nicolas Camus

— 

Anthony Modeste, star improbable du mondial féminin
Anthony Modeste, star improbable du mondial féminin — SIPA et DR

« Je n’étais pas la star du foot masculin, donc j’essaie avec le foot féminin ! » A l’autre bout du fil, Anthony Modeste se marre. L’attaquant français de Cologne, actuellement en vacances, s’est rendu compte qu’on parlait pas mal de lui en ce moment en France grâce à la Coupe du monde. Quel rapport entre l’ancien de Nice, Bordeaux ou Bastia et le Mondial féminin, direz-vous ? Eh bien il faut regarder du côté des Allemandes – jusque-là, pourquoi pas – et… des Anglaises. Là c’est un peu plus WTF, mais tout s’explique, rassurez-vous. En tout cas, ça amuse bien l’intéressé. « C’est un peu mon moment », apprécie-t-il, armé de son second degré.

Le nom d’Anthony Modeste est apparu sur nos écrans dimanche dernier. Tard la veille, la fédération allemande a publié sur son compte Twitter une vidéo montrant les joueuses fêter leur qualification pour les quarts de finale en reprenant une chanson à sa gloire dans le bus. « Modeste, Modeste, Anthony Modeste », les entend-on chanter.

Pourquoi ? Comment ? Sont-elles toutes de grandes fans de Cologne ? Lui seul pouvait satisfaire notre curiosité. « Je ne connais personne dans l’équipe, mais cette chanson est très connue en Allemagne, nous explique-t-il. Ça peut sembler bizarre pour les Français, ils la découvrent sûrement, mais là-bas elle passe souvent. On l’entend au carnaval de Cologne, en soirée et même dans les boîtes de nuit. Dans toute l’Allemagne. » Sérieusement ? Sérieusement.

L’attaquante anglaise célèbre ses buts comme Modeste

Anthony Modeste ne sait pas lui-même pourquoi cette chanson, lancée lors de la saison 2016-2017 alors qu’il plantait but sur but pour aider son équipe à se qualifier pour la Ligue Europa, est devenue un tel phénomène. Le pire, c’est qu’elle ne vient même pas des supporters du club. « C’est un gars, comme ça, qui s’intéresse au foot mais pas plus que ça apparemment, qui a lancé ce chant. Ça a plu et tout le monde l’a reprise », raconte le joueur, jugeant tout ça « plaisant, forcément ».

Modeste héros du Mondial féminin, acte II. Direction l’Angleterre, donc, avec la serial buteuse Ellen White​. Les passionnés qui regardent la Bundesliga et les matchs des Anglaises (une niche, mais il doit y en avoir quelques-uns) auront remarqué que l’attaquante célèbre ses buts (au nombre de quatre, déjà, dans la compétition) comme le Français, en mimant une paire de lunettes avec ses doigts.

En fait, cela fait plusieurs mois que ça dure, et la joueuse est même venue à Cologne le mois dernier pour rencontrer sa source d’inspiration. « On a discuté un peu, on a pris une photo et je lui ai souhaité bonne chance pour la Coupe du monde, retrace-t-il. C’était sympa. » Et la raison de cet hommage, alors ? « Son mari est fan de Bundesliga et de notre club, un jour il avait regardé un de nos matchs, il m’a vu faire cette célébration et il lui en a parlé. Je ne sais plus s’il lui a dit que ce serait bien qu’elle la fasse, ou si elle l’a fait d’elle-même pour lui faire la surprise, mais voilà, elle s’y est mise. »

Ellen White a chopé le virus de la célébration

Après de courtes recherches, on a trouvé le fin mot de l’histoire. L’Anglaise l’a racontée au site de la Fifa: « Mon mari m’a dit : "Pourquoi tu ne ferais pas la même chose ?" C’est donc surtout pour lui que je le fais. Et maintenant que j’ai commencé, je ne peux pas arrêter. » Ellen White a chopé le virus de la célébration, et celui du foot allemand avec. « On adore. On y est allés en vacances et on a adoré l’ambiance. »

« C’est quand même marrant le foot parfois, souffle Modeste. On m’avait peut-être un peu oublié en France, et là on reparle de moi parce qu’une Anglaise imite la célébration que je fais en Allemagne. » Ouais, faut pas toujours chercher à comprendre. Ce retour de flamme par procuration lui donne en tout cas envie de jeter un œil aux prochains matchs. Des fois que les Bleues s’y mettent aussi.