VIDEO. XV de France: Du revenant Guitoune à la sensation Mauvaka... Sept Toulousains (au moins) retenus pour la Coupe du monde 2019

RUGBY Sept joueurs du Stade Toulousain ont été sélectionnés dans la liste des 31 Français appelés à disputer la Coupe du monde au Japon. Un huitième, François Cros, fait partie des réservistes

Nicolas Stival

— 

Sofiane Guitoune et Peato Mauvaka, deux Toulousains en Bleu.
Sofiane Guitoune et Peato Mauvaka, deux Toulousains en Bleu. — Nicolas Tucat / AFP et Dominique Faget / AFP
  • Avec le finaliste Clermont, le champion de France toulousain est le club le plus représenté dans le XV de France.
  • Sept Rouge et Noir figurent dans la liste des 31 joueurs appelés à disputer la Coupe du monde au Japon, du 20 septembre au 2 novembre.
  • Le troisième ligne François Cros fait partie des six suppléants.

Vous ne jouez pas trop mal au rugby et vous cherchez un bon club ? Pourquoi ne pas postuler pour un CDD de joker Coupe du monde au Stade Toulousain ? Le champion de France va en effet avoir besoin de monde pour pallier les absences des internationaux retenus pour le Mondial japonais (20 septembre – 2 novembre).

En attendant la liste des Samoa (Tekori), de l’Ecosse (Gray), des Etats-Unis (Ainuu) et de l’Afrique du Sud (Kolbe, Elstadt), Jacques Brunel a délivré la sienne ce mardi matin. Avec sept Toulousains parmi les 31 Français sélectionnés, plus François Cros parmi les réservistes. Petit tour d’horizon.

Leur présence ne faisait pas de doute

Expérience + forme du moment + pas pléthore de concurrents à ce poste… Les convocations de Maxime Médard et de Yoann Huget n’ont surpris personne. Capables de jouer à l’aile comme à l’arrière, les deux trois-quarts de 32 ans étaient titulaires pour les phases finales du Top 14. Huget a même écrit l’Histoire en signant un doublé contre Clermont, ce qu’étrangement aucun joueur n’avait encore réussi en finale.

Le surdoué Antoine Dupont (22 ans) avait aussi déjà en poche son aller-retour Paris-Tokyo bien avant l’annonce de Brunel. Pas flamboyant ces derniers mois, le demi de mêlée, capable de se décaler à l’ouverture, a en revanche signé une prestation de haut vol contre l’ASM.

On s’y attendait quand même pas mal

Forcément, même le sélectionneur s’en est rendu compte : titulaire à l'ouverture lors des trois derniers matchs du Tournoi des VI Nations, Romain Ntamack a vécu la fin de saison en club comme spectateur privilégié, avec sept petites minutes jouées en demi-finale, et cinq autres en finale. Pas suffisant pour empêcher l’ouvreur (ou centre) de 20 ans de composer la paire de 10 avec le Clermontois Camille Lopez.

Le demi d’ouverture du Stade en cette fin de saison, c’était Thomas Ramos. Décevant contre La Rochelle, bien plus à l’aise une semaine plus tard, le Tarnais de 23 ans disputera lui aussi le Mondial, mais plutôt comme arrière. Si vous ne connaissez pas trop le rugby et que vous avez échoué malgré tout dans cet article, cette confusion entre les postes n’est pas une erreur, c’est même la norme dans ce sport (en France en tout cas).

Sofiane Guitoune, le revenant

Les blessures, la disgrâce… Il y a encore un an, un tennisman français semblait avoir plus de chances de gagner un tournoi du Grand Chelem que Sofiane Guitoune de disputer la Coupe du monde au Japon. Et pourtant. L’ancien arrière-ailier de 30 ans, plus vu en sélection depuis le Mondial 2015, sort d’une saison énormissime au centre, au point que sa convocation parmi les 31 sonne comme une évidence.

Sofiane Guitoune, auteur de deux essais avec le XV de France contre la Roumanie en Coupe du monde, le 23 septembre 2015 à Londres. Sa dernière sélection à ce jour.
Sofiane Guitoune, auteur de deux essais avec le XV de France contre la Roumanie en Coupe du monde, le 23 septembre 2015 à Londres. Sa dernière sélection à ce jour. - H. Evans / Rex Shutterst / Sipa

« Comment on aurait pu ne pas le mettre dans cette liste pour cette Coupe du monde ? » s’est faussement interrogé Jacques Brunel ce mardi devant la presse. « On a bien sûr observé son parcours, on se demandait s’il pouvait maintenir son niveau pendant une saison, et il l’a maintenu », a poursuivi le sélectionneur qui a salué un joueur « brillant » et « finisseur ». Et tant pis pour le Toulonnais et futur New-Yorkais Mathieu Bastareaud…

Peato Mauvaka, la sensation

Comme le dit Brunel, le parcours du jeune talonneur de 22 ans est « tout à fait incroyable ». En l’absence du capitaine Julien Marchand et de l’expérimenté italien Leonardo Ghiraldini, gravement blessés lors du dernier Tournoi des VI Nations, le natif de Nouméa a aligné des prestations époustouflantes. Et Peato Mauvaka a fini avec un Bouclier de Brennus et un billet pour la Coupe du monde une saison commencée dans l’anonymat à peu près complet.

« Je connaissais un peu ce garçon mais pas vraiment, a d’ailleurs admis Brunel. Il est dans le profil que l’on cherche, avec ses capacités à se déplacer, à gagner des duels, ses appuis, sa vivacité… Et il est costaud. » Le Toulousain part derrière Guilhem Guirado et Camille Chat dans la hiérarchie des talonneurs. Mais allez savoir où il s’arrêtera…

On ne sait pas quoi dire pour François Cros

Faut-il les féliciter ou les plaindre ? Difficile à dire. Car être l’un des six suppléants français en vue de la Coupe du monde, c’est se situer dans les limbes. Une région mal connue, aux contours flous, dont on ne sait pas si on sortira un jour.

François Cros fait donc partie de ces « élus ». L’impeccable troisième ligne de 25 ans, ancien capitaine de l’équipe de France des 20 ans mais jamais capé chez les A, n’a plus qu’à se préparer comme les vrais sélectionnés. Au cas où…