Roland-Garros: «Si j’avais voulu éviter le match contre Nadal, je n’aurais pas joué ici», déclare Roger Federer

TENNIS Tombeur de Stan Wawrinka ce mardi, Roger Federer retrouvera son vieux rival, Rafael Nadal, vendredi en demi-finale de Roland-Garros

Nicolas Stival

— 

Roger Federer lors de son succès sur Stanislas Wawrinka en quart de finale de Roland-Garros, le 4 juin 2019.
Roger Federer lors de son succès sur Stanislas Wawrinka en quart de finale de Roland-Garros, le 4 juin 2019. — Philippe Lopez / AFP
  • Après Stan Wawrinka en quart, Roger Federer défiera Rafael Nadal vendredi en demi-finale de Roland-Garros.
  • Le Suisse s’est montré particulièrement offensif au moment d’évoquer ses retrouvailles avec l’Espagnol, en lice pour un douzième titre à Paris.
  • Rafael Nadal avait remporté leur dernier face-à-face en finale de Roland-Garros en 2011.

Battu ce mardi par Roger Federer lors d’un quart de finale – aux airs de revanche de leur rencontre en quart en 2015 à Roland-Garros –, Stan Wawrinka ne sera pas sur le Chatrier vendredi pour affronter Rafael Nadal. Mais il a déjà tout prévu, « si [son] programme le lui permet ». « Quand on a la chance d’avoir une demi-finale de Roland-Garros entre Roger et Rafa, vous allumez la télé et vous regardez », lâche l’autre grand joueur suisse contemporain.

Plutôt détendu devant la presse, « Stan The Man » n’a pas paru accablé par la défaite, tant il revient de loin après sa double opération au genou gauche, en août 2017.

Plus vu à Paris depuis ledit revers contre Wawrinka, Federer lui aussi revient de loin, dans un autre style. Le monstre sacré de Bâle n’avait plus disputé de demi-finale dans un tournoi du Grand Chelem depuis l’Open d’Australie 2018, il y a près d’un an et demi. A Melbourne, il avait remporté son vingtième titre majeur, le dernier à ce jour. « J’ai connu de lourdes défaites en huitièmes ou en quart, rappelle « Rodgeur ». A partir de là, j’ai dépassé mes attentes ici. »

« Il y a toujours une possibilité »

Mais apparemment, il ne se présentera pas devant le roi de l’ocre en victime expiatoire, façon Kei Nishikori ce mardi. Promis, Federer a peu regardé de matchs du gaucher majorquin dans le tournoi, et entend exploiter ses deux jours complets de « repos » avant le choc pour se préparer au mieux.

« Comme contre n’importe quel joueur, il y a toujours une possibilité. Il n’y aurait personne pour regarder si le résultat était connu d’avance. » Bien sûr, Nadal et ses onze titres parisiens partiront grand favoris face à Federer et à son seul sacre, voici dix ans.

« Mais on ne sait pas, il aura peut-être un problème, il sera peut-être malade, tente Rodgeur. Peut-être que je vais très, très bien jouer et que lui va lutter. Il peut y avoir du vent, des interruptions successives à cause de la pluie. » Une invasion de lemmings n’est ne semble-t-il pas envisagée, en revanche.

« Si vous voulez réussir quelque chose sur terre battue, un jour ou l’autre vous devez vous heurter à Rafa, observe le Suisse. Si j’avais voulu éviter ce match, je n’aurais pas joué ici ». Le dernier affrontement entre les deux monstres à Roland-Garros remonte à la finale 2011, gagnée en quatre sets par Nadal.