TFC-Losc: Toulouse «offre» le titre au PSG? «C'est bien gentil, mais on a d'autres soucis», réplique Alain Casanova

FOOTBALL En tenant en échec Lille (0-0), le TFC a permis au PSG d'être sacré champion de France avant même le match de Paris contre Monaco

Nicolas Stival

— 

Alain Casanova, l'entraîneur du TFC, et son homologue de Lille Christophe Galtier, le 21 avril 2019 au Stadium de Toulouse.
Alain Casanova, l'entraîneur du TFC, et son homologue de Lille Christophe Galtier, le 21 avril 2019 au Stadium de Toulouse. — R. Gabalda / AFP

La drôle de fin de saison du PSG a connu un nouvel épisode spécial ce dimanche. Les Parisiens auraient sans doute préféré officialiser (enfin) leur titre de champion de France en battant Monaco, dans la soirée. Finalement, le huitième sacre du club est dans la poche dès l’après-midi, après le match nul concédé par leur dauphin lillois à Toulouse (0-0), et donc grâce au TFC.

« On est un peu loin de tout ça, élude Alain Casanova. C’est bien gentil, mais on a d’autres soucis. On a un maintien à assurer. » Avec huit points d'avance sur le barragiste dijonnais à cinq journées de la fin du championnat de Ligue 1, c’est quand même bien parti…

L’entraîneur toulousain se montre en revanche intarissable sur le joli coup tactique réussi au Stadium, similaire à celui de l’aller dans le Nord (victoire toulousaine, 1-2). Un 3-4-3 en phase offensive, modulable en 5-3-2 en phase défensive avec Jimmy Durmaz en faux numéro 9.

Deux poteaux pour Toulouse

« C’est un poste qui lui convient à merveille, affirme Casanova. Jimmy est capable d’apporter de la supériorité à l’intérieur. Mais il peut aussi organiser le jeu et trouver les attaquants [Gradel et Dossevi] ou les pistons [Amian et Sylla] dans les espaces. »

L’imprévisible Suédois aurait pu valoir à Toulouse un « perfect » cette saison face à Lille, s’il avait trouvé le cadre plutôt que le poteau de Mike Maignan (14e) comme Max-Alain Gradel en fin de match (83e). Mais l’essentiel est ailleurs, quand on s'appelle le TFC. « On n’est plus très loin du maintien », résume le gardien Baptiste Reynet. Alors le PSG et son titre, dans tout ça…