Montpellier: Légendaire Hilton, désormais le joueur étranger ayant disputé le plus de matchs de L1

RECORD A 41 ans, le défenseur brésilien du MHSC a disputé son 450e match de L1. Et efface des tablettes une autre légende sud-américaine

Jerome Diesnis

— 

Vitorino Hilton, face au Lyonnais Moussa Dembele
Vitorino Hilton, face au Lyonnais Moussa Dembele — AFP
  • Vitorino Hilton a disputé son 450e match de L1 à Strasbourg. Aucun joueur étranger n’avait atteint ce total dans l’histoire du championnat de France.
  • Le défenseur brésilien de 41 ans est considéré comme « un exemple » par ses partenaires, mais aussi ses adversaires.
  • Il devance désormais le mythique Delio Onnis (cinq fois meilleur buteur de L1) au nombre d’apparitions en L1. Seuls deux joueurs en activité ont disputé davantage de rencontres dans l’élite du football français.

Une légende en chasse une autre. Lors de la victoire de Montpellier à Strasbourg (1-3), samedi, Vitorino Hilton a écrit un nouveau chapitre à son histoire d'amour avec la France. Le Brésilien a disputé son 450e match de Ligue 1. Le chiffre n’est pas seulement rond et symbolique. Le défenseur central de Montpellier est désormais le joueur étranger ayant disputé le plus de matchs de Ligue 1 de toute l’histoire du championnat de France. Il devance l’Argentin Delio Onnis, cinq fois meilleur buteur de Ligue 1 et apparu lors de 449 matchs de L1 (appelée D1 à l’époque), entre 1971 et 1986.

La carrière d’Hilton a débuté en 2004 à Bastia, avant quatre années passées à Lens et quatre autres à Marseille. Arrivé en 2011 à Montpellier, il en porte les couleurs depuis huit saisons. Le double champion de France (avec l’OM et le MHSC), auteur par ailleurs de 20 buts, a été titulaire lors de 444 de ces 450 matchs. Il a en commun avec Delio Onnis de n’avoir jamais été sélectionné avec son équipe nationale…

« C’est un exemple. » Ces quatre mots ne sont pas vides de sens. Ce sont ceux qui reviennent comme un refrain dans la bouche de ceux qui ont côtoyé ou qui côtoient encore Vitorino Hilton. Ou plutôt Hilton Vitorino, puisque, par francisation, le prénom et le patronyme du Brésilien ont été intervertis depuis ses débuts en France. C’était à Bastia, en 2004. Philippe Delaye se souvient de ce joueur arrivé, comme lui, au creux de l’hiver : « Personne ne le connaissait. Il venait du Servette de Genève. Il avait réalisé six mois exceptionnels et stabilisé une défense en grande difficulté. »

« Quand je l’ai vu torse nu pour la première fois dans le vestiaire… »

Champion de France avec Marseille puis Montpellier, le Brésilien est, quatorze ans plus tard, ce joueur de 41 ans sur lequel le temps ne fait que glisser. « Quand je l’ai vu torse nu pour la première fois dans le vestiaire, je me suis dit : “Si je pouvais arriver à 41 ans comme lui…”, évoque, admiratif, Andy Delort. Il n’y a pas de secrets, il se donne tous les jours à la muscu, il fait très attention à la diététique. » L’attaquant ne le connaissait que comme adversaire, et le redoutait. « Il anticipe tout. Il est toujours en avance, il est très difficile à jouer », ajoute Delort.

« Chaque fois que ses adversaires parlent de lui, c’est avec énormément de respect. C’est à méditer », reprend Philippe Delaye, coordinateur sportif du MHSC. Le respect, on est en plein dedans, lorsque Nicolas Cozza et Clément Vidal, deux néo-pros, parlent de celui qui ferait presque passer Buffon pour un jeune communiant. « Je suis honoré de jouer avec lui », résume le premier. « Il nous donne des conseils, comment gérer les duels, le placement, l’anticipation. On l’écoute et on essaie de reproduire ce qu’il nous dit », glisse le second.

« Toujours le premier sur le terrain, le premier à l’entraînement. »

Capitaine, il l'est d’abord par l’exemple. « Par l’état d’esprit, résume Paul Lasne, impressionné par sa fraîcheur physique et mentale. C’est l’un des seuls joueurs au monde à pouvoir enchaîner autant de matchs à ce niveau. Sa longévité vient de son plaisir de jouer. Dans ce métier difficile mentalement, certains joueurs arrêtent parce qu’ils sont à bout psychologiquement. Lui, c’est l’inverse. Il est toujours le premier sur le terrain, le premier à l’entraînement. Plus ça va, plus il a envie de jouer. »

« Il profite de chaque moment, souffle Delaye. Depuis son arrivée en France, rien n’a changé chez lui ». Ou presque… « Ah si, sa coupe de cheveu », reprend l’ancien milieu. Incroyable, le temps le rattraperait donc à lui aussi ? Pas sûr, Hilton s’apprête à prolonger dans les prochains jours d’une saison supplémentaire.

Tout proche de Laurent Blanc

Cinquante joueurs – tous Français – ont disputé davantage de matchs de L1 que lui, dont le recordman Mickaël Landreau (618 matchs entre 1996 et 2014). Mais seulement deux autres joueurs en activité : Florent Balmont (497 matchs) et Etienne Didot (455 matchs). Un autre Montpelliérain le talonne : Daniel Congré (34 ans), quatrième joueur le plus capé en activité avec 424 matchs disputés depuis 2004.

A Montpellier, dont il a porté 258 fois les couleurs en L1, Hilton est encore loin du recordman, l’entraîneur adjoint Pascal Baills (365 matchs de championnat). Mais à sa prochaine apparition, il égalera Laurent Blanc (259). A noter que son coéquipier Souleymane Camara (364) n’est qu’à un match du record de Pascal Baills.