Eurocoupe: Enorme désillusion pour Montpellier battu à domicile en finale par Orenbourg

BASKET Battues dans leur salle (57-75) en finale d’Eurocoupe, les basketteuses de Montpellier (BLMA) n’ont pas confirmé leur succès acquis à l’aller en Russie (71-75)

Jérôme Diesnis

— 

Alix Duchet et ses partenaires du BLMA n'ont jamais trouvé la solution en finale retour de l'Eurocoupe contre les Russes d'Orenbourg.
Alix Duchet et ses partenaires du BLMA n'ont jamais trouvé la solution en finale retour de l'Eurocoupe contre les Russes d'Orenbourg. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse
  • Dominé dans la raquette, notamment par l’Américaine Brionna Jones, le BLMA s’est sèchement incliné à domicile.
  • Les Russes ont imprimé leur rythme tout au long de la rencontre, avec notamment une très grosse pression défensive.
  • Les Montpelliéraines ont eu l’impression de s’incliner sans avoir réellement joué leur jeu.

Terrible désillusion. Les filles du BLMA se sont largement inclinées sur leur parquet contre les Russes d’Orenbourg (57-75) en finale de l’Eurocoupe. Elles n’avaient jamais été menées à l’aller lors de leur victoire de quatre points (71-75), ce petit avantage a volé en éclat dès la première minute de jeu…

Les Russes à la sauce US

Elles ont fait mal dans la raquette les filles d’Orenbourg. Et notamment l’Américaine Jones, à 19 points, 7 rebonds offensifs et 3 fautes provoquées après 17 minutes. Une ligne de stats terrible pour les Héraultaises impuissantes. Helena Ciak en fut la principale victime avec deux fautes en deux minutes et la quatrième sur un 2+1 après 25 minutes. Et l’obligation pour la pivot de se retenir en défense. Mission impossible. Elle a commis sa cinquième faute à huit minutes du buzzer (32e). En l’absence de l’autre pivot, Marielle Amant, blessée, c’était un scénario catastrophe.

L’étincelle vite éteinte

Deux contre-attaques en début de troisième quart-temps avaient rallumé la flamme. Et Bankole avait fait croire un instant que tout pouvait changer (39-44, 26e). La réponse des Russes a été terrible avec un 10-0 infligé en quatre minutes pour ce qui était alors le plus gros écart de la rencontre (39-54). Le genre de scénario qui plombe le moral…

Etouffées en défense.

La force du BLMA, c’est d’abord une incroyable adresse qui lui avait par exemple permis d’égaliser le record de points inscrit en LFB (115 contre Villeneuve d’Ascq). Cette fois, les Russes avaient mis la barre trop haut. Lattes-Montpellier a concédé beaucoup de turnovers. Et, à l’image de sa gâchette Whitcombe limitée à 20 % de réussite à deux points, jamais trouvé de solutions au sein d’une défense hyper agressive. Le pourcentage de réussite était beaucoup trop faible (à peine 30 %) pour confirmer la victoire du match aller.