Montpellier: Avec le BLMA, Helena Ciak vise une deuxième titre européen

BASKET Demi-finaliste de l’Eurocoupe, Lattes-Montpellier, vainqueur 66-69 à l’aller face à Unio Girona en Espagne, va tenter de décrocher sa place en finale avec sa pivot internationale

Jerome Diesnis

— 

Helena Ciak est une joueuse majeure du BLMA depuis son retour au club cet été.
Helena Ciak est une joueuse majeure du BLMA depuis son retour au club cet été. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

On peut être une grande dame de son sport et pourtant réserver encore des surprises. Elle, c’est Helena. Sans accent. «Tout le monde en met à mon prénom. Mais non, il n’y en a pas», sourit la pivot de Lattes-Montpellier. Helena Ciak, un nom aux racines polonaises, qu’elle tient de son papa. Et si tout le monde (ou presque) fait la faute sur son prénom, elle est pourtant loin d’être une inconnue.

Du haut de son 1,97 m, la basketteuse de 29 ans culmine à 89 sélections en équipe de France. Une joueuse de top niveau mondial qui tyrannise ses adversaires dans la raquette depuis sa signature cet été à Montpellier: 14 points par match (et 18 d’évaluation moyenne, les spécialistes apprécieront). Pour celle qui fait tout en grand, c’est un retour XXL après deux ans d’exil en Russie, au Dynamo Koursk. «Elle est épanouie et ça se voit. Elle réalise sa meilleure saison», évoque Edwige Lawson-Wade, la directrice sportive du BLMA.

«A Koursk, j’ai l’impression d’avoir grandi. Mais j’étais seule face à moi-même»

Deux années aussi exceptionnelles sportivement que difficiles humainement. « Je n’ai aucun regret d’avoir vécu cette aventure, raconte la presque trentenaire. J’y ai gagné l’Euroligue [en 2017], j’ai l’impression d’avoir grandi là-bas. J’ai côtoyé un grand coach, de grandes joueuses, j’ai énormément appris. Mais j’étais au bout du monde, parfois seule face à moi-même. Quand Montpellier m’a contactée, j’en ai discuté avec les autres filles impliquées dans le projet BLMA et je n’ai pas longtemps hésité. »

Un retour aux sources pour celle qui avait déjà porté le maillot héraultais en 2013-2014. «Quand elle n’est pas sur le terrain, l’équipe est en difficulté, résume le coach Thibaut Petit. Elle fait partie des joueuses cadres, avec un apport des deux côtés du terrain.»

Pour quatre ans à l’Asvel

«Je m’épanouis dans un projet à la fois sportif et humain, confirme la principale intéressée. J’ai besoin de jouer avec des amies et pas seulement des collègues de travail. A Koursk, hormis avec Anna Cruz, il n’y avait pas beaucoup de vie dans le vestiaire.» A Lattes, elle a retrouvé de la joie, avec quatre joueuses qu’elle côtoie en sélection et ses anciennes copines de Bourges. Le cadre est parfait pour la conquête de titres. A commencer par un trophée européen: ce jeudi, le BLMA dispute face à Gijon la demi-finale aller de l’Eurocoupe.

Les Héraultaises se sont imposées à l’aller en Espagne face à Unio Girona (66-69) après avoir déjà éliminé les finalistes (Venise) et les vainqueurs (Galatasaray) de la précédente édition. Au rayon national, Lattes-Montpellier est l’un des favoris de la Ligue féminine, avec Bourges et l’Asvel. Villeurbanne, sa future destination… Le club de Tony Parker et Valery Demory a annoncé la signature, dès la saison prochaine et pour quatre ans, d’Helena Ciak qui ne restera donc qu’une année dans l’Hérault. «Elle va nous aider à grandir au niveau de la performance mais humainement aussi», savoure TP. Il ne reste que quelques mois au BLMA pour profiter de sa joueuse star, afin d’embellir son palmarès...