«On s'est fait sévèrement secouer aux Pays-Bas»... Pour Deschamps, les Bleus ne sont pas «dans un cocon» avant d'affronter la Moldavie

FOOTBALL La France affronte la Moldavie, vendredi soir, pour lancer sa campagne pour l'Euro-2020

G.B. avec AFP

— 

Didier Deschamps
Didier Deschamps — FRANCK FIFE / AFP

Un déplacement en Moldavie a forcément tout d’un match piège pour une équipe de France championne du monde. « Prévenir, alerter, ne vous inquiétez pas, je l’ai fait dès lundi, au premier jour du rassemblement à Clairefontaine », a rappelé Didier Deschamps en conférence de presse ce jeudi.

Pourtant DD l’assure, « ce n’est pas difficile » de motiver les siens avant une rencontre contre la 170e nation mondiale. « Après, c’est une évidence de dire que les joueurs sont habitués à un contexte différent de par les stades, les clubs où ils jouent. Mais ils savent bien qu’au programme il y a la Moldavie. Même si le stade est petit, il sera plein, il y aura un public qui sera derrière eux ».

« On s’est fait sévèrement secouer aux Pays-Bas »

Il faut dire que le match raté contre les Pays-Bas en Ligue des nations en novembre dernier (et l’élimination qui a suivi) est encore dans les têtes françaises. En conférence de presse, Hugo Lloris pensait que les Bleus allaient devoir « se faire violence » contre la Moldavie.

« Je ne pense pas que l’on soit dans un cocon, d’ailleurs en novembre on s’est fait sévèrement secouer aux Pays-Bas, s’est défendu Deschamps. Evidemment il y a eu ce qu’il y a eu [le titre mondial]. On peut se le répéter encore pendant longtemps, mais les joueurs ont basculé aussi. Personne ne pourra enlever ce qu’il s’est passé, ils le sont à vie. »

Alors forcément, la qualification est l’objectif pour les Bleus, mais ils savent ce qu’ils sont capables de faire. « C’est un nouvel objectif et ça passe aussi beaucoup par nous, ce que l’on sera capable de faire, de matérialiser sur le terrain, continue Deschamps. La qualité au haut niveau c’est une chose mais ça ne suffit pas. Il ne faut pas penser que ça va venir tout seul, à nous d’imposer notre jeu pour obtenir ce qu’on veut. »

3 points aussi importants que les 27 autres

Le sélectionneur français tient cependant à ne pas faire une montagne de cette rencontre. En Biélorussie, les Bleus avaient lancé leur campagne pour la Coupe du monde 2018 par un nul 0-0, avant de finir premiers de leur groupe avec quatre points d’avance quelques mois plus tard.

« Les trois points de demain seront aussi importants que les 27 autres qu’il faudra aller chercher. Il ne suffit pas de le dire, de le répéter, c’est de par ce qu’on fera en termes de concentration, de détermination, pour obtenir le résultat que l’on veut. »