Dopage: «C'est la trahison d'un ami», Thibaut Pinot ne digère pas les aveux de son équipier Preidler

CYCLISME Le leader de l’équipe Groupama-FDJ a réagi aux révélations de l’Autrichien

J.L.

— 

Pinot veut se consacrer au Tour de France cette année.
Pinot veut se consacrer au Tour de France cette année. — Luk BENIES / AFP

Dur à avaler, pour le moins. Quand il a appris que l’un de ses meilleurs équipiers grimpeurs, encore avec lui sur le tour du Haut-Var fin février, avait reconnu avoir procédé à des transfusions sanguines à la fin 2018 pour se doper, Thibaut Pinot n’a pas eu le courage de prendre son vélo pour aller s’entraîner sur les routes de Mélisey, en Haute-Saône. Le leader de l’équipe Groupama-FDJ, qui s'exprime dans l'Equipe, a cherché des explications qu’il n’a pas vraiment trouvées.

Il s’excusait beaucoup quand il n’était pas à la hauteur de l’équipe, il voulait toujours être très fort pour nous aider, il avait le cœur sur la main et c’est ça que je n’arrive pas à saisir. Ça me fait mal, parce que des mecs comme ça, dans le vélo, il n’y en a pas beaucoup ».

Au-delà de la perte sportive, considérable, on aura compris que Pinot était surtout défait de s’être fait berner par un homme qu’il appréciait. « Ce sont des choses qui m’affectent, dans le vélo, je ne recherche pas que la performance, c’est aussi des liens d’amitié. C'est au-delà du vélo, c'est la trahison d'un ami. Quand ça tombe sur un mec que tu ne connais pas, tu te dis c’est bien fait pour sa gueule. Mais là, c’est autre chose ».