Coupe de France: «On recommence à vivre», Nantes pense toujours à Sala mais s'impose en Coupe de France

FOOTBALL Les Canaris ont remporté leur 16e de finale en retard sur la pelouse de l'Entente Sannois Saint Gratien ce samedi

J.L. avec AFP
— 
Pallois a porté le numéro 9 en hommage à Emiliano Sala.
Pallois a porté le numéro 9 en hommage à Emiliano Sala. — Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Nantes a souffert pour trouver la faille face aux pensionnaires de troisième division de l'Entente Sannois Saint-Gratien, ce samedi en Coupe de France, jusqu'à un but tardif de Coulibaly qui qualifient les «Canaris» en 8e de finale, où ils recevront Toulouse mardi. Dans un contexte toujours aussi particulier, douze jours après la disparition de leur ancien coéquipier Emiliano Sala, les Nantais se sont fait peur sur la pelouse des Val d'Oisiens, tombeurs de Montpellier au tour précédent.

Pallois a joué avec le numéro 9

Le FC Nantes a évité une pénible prolongation grâce à un but en force de l'attaquant Kalifa Coulibaly à la 73e minute, après un cafouillage dans la surface consécutif à un centre de Valentin Rongier, entré en jeu une dizaine de minutes plus tôt. Incapables de trouver la solution lors d'une première période pauvre en occasions, les «Canaris» sont tombés sur une équipe de National 1 décomplexée au retour des vestiaires et qui s'est offert quelques centres dangereux bien coupés par Nicolas Pallois, vigilant.



Le défenseur, très proche d'Emiliano Sala, a disputé son premier match depuis la disparition lundi 21 janvier de l'avion qui transportait le buteur argentin, avec le numéro 9 de son ami sur le dos, ainsi que le brassard de capitaine. Trois jours après l'hommage à la Beaujoire, «Emi» était encore dans toutes les têtes dans le Val d'Oise, en témoignent les ballons vert et jaune et les applaudissements du stade Michel-Hidalgo à la 9e minute, ainsi que les chants de la Brigade Loire en son honneur.



«C'est un match de coupe contre une très belle équipe, a réagi Vahid Halilhodzic. C'est la première fois depuis un moment que les joueurs ont crié dans le vestiaire. C'est bien, le groupe recommence un peu à vivre. Parce que je vous le dis franchement, on a vécu un moment plus que difficile. Maintenant commence la deuxième phase de notre redressement après ce mois de mercato qui nous a fait beaucoup de mal»