Montpellier : Laurent Nicollin réclame « la présence des supporters » du MHSC à Nîmes

FOOTBALL Le président du MHSC évoque son incompréhension face à la décision de la préfecture du Gard d’interdire la présence de supporters à Nîmes, dimanche 3 février, pour le derby…

Jerome Diesnis

— 

Laurent Nicollin, président du Montpellier Hérault Sport Club.
Laurent Nicollin, président du Montpellier Hérault Sport Club. — J.E.E/SIPA
  • Le président du Montpellier Hérault Sport Club réclame la présence des supporters du MHS dimanche 3 février à Nîmes.
  • La préfecture du Gard a interdit les supporters de déplacement dans la semaine.
  • A l’aller, l’indiscutable victoire montpelliéraine dans le derby (3-0) s’était accompagnée de nombreux incidents.

Après la victoire de Montpellier contre Caen au stade de la Mosson (2-0), Laurent Nicollin s’est présenté devant la presse afin d’évoquer l’interdiction de déplacement des supporters du MHSC à Nîmes, dimanche. « Je viens vous parler de l’incompréhension du Montpellier Hérault sur le fait que ses supporters ne soient pas acceptés au stade de Nîmes la semaine prochaine », a-t-il expliqué.

Dans la semaine, la préfecture du Gard a confirmé les informations de 20 Minutes qui évoquait le risque d’interdiction de déplacement des supporters héraultais pour ce derby très attendu. « Compte tenu de l’antagonisme qui oppose les supporters respectifs de ces deux équipes, et des incidents s’étant déroulés au match aller, toute personne se prévalant de la qualité de supporter du MHSC ou se comportant comme tel, ne pourra accéder au stade des Costières à Nîmes ni de circuler ou stationner sur la voie publique du samedi 2 février 2019 à compter de 20 heures jusqu’au dimanche 3 février 2019 minuit », expliquait la préfecture dans un communiqué de presse. Didier Lauga, préfet du Gard, « a pris de telles mesures afin de prévenir la commission d’actes violents et en vue de garantir la sécurité des personnes et des biens. »

Laurent Nicollin : « On ne comprend pas »

Dans un communiqué, le MHSC avait déjà exprimé son désaccord et sa déception après avoir appris cette décision. « Sans méconnaître les nécessités d l’ordre public, le club regrette qu’une autorisation de déplacement ait été donnée lors du match aller à 605 supporters nîmois, ce qui a généré une indemnisation normale du coût des forces de sécurité de 135 400 euros, sans réciprocité au match retour. »

Devant la presse, ce dimanche, Laurent Nicollin a cette fois été plus offensif et a pris clairement position pour la présence de supporters montpelliérains. « Nous allons tout mettre en œuvre pour que nos supporters, même si c’est en comité restreint, encadré pour éviter les débordements, ce que voudra la préfecture, puissent venir. Il n’est pas normal que nos supporters ne puissent pas venir nous soutenir à Nîmes, comme les supporters nîmois ont pu le faire au mois de septembre. »

Le président du MHSC explique avoir été convié à une réunion en préfecture il y a quinze jours. « Mais tout était acté avant même que la réunion ne démarre, regrette-t-il. On ne comprend pas trop. On aimerait que même s’ils ne sont que 200, 300 ou 400, qu’ils soient avec nous au stade des Costières ».

Sur un panneau posé à l’entrée de Grammont (le centre d’entraînement du MHSC), sur les réseaux sociaux, dans les forums de discussion et dans les travées du stade contre Caen, les supporters semblent prêts à braver l’interdiction préfectorale en scandant « tous à Nîmes ». La rencontre doit se dérouler dimanche 3 février à 15 heures. A l’aller, lors de la nette victoire du MHSC, elle avait été émaillée de multiples incidents.