Montpellier-Lille: «On a joué 90 minutes au lieu de 95», regrettent les Montpelliérains

LIGUE 1 Battu par Lille au stade de la Mosson, Montpellier a pourtant livré une prestation solide. Mais une fois encore, il a oublié de mettre son réveil en début de match…

Jerome Diesnis

— 

MHSC Lille : Le Lillois Fodé Ballo et le Montpelliérain Ruben Aguilar.
MHSC Lille : Le Lillois Fodé Ballo et le Montpelliérain Ruben Aguilar. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Comme face à Rennes ou à Monaco, Montpellier a encore raté son entame de match. Mais cette fois, malgré un excellent match, il n’a pas pu effacer ces débuts catastrophiques.
  • « Ces erreurs de début de match nous font très mal et nous font perdre. C’est un problème de concentration et d’agressivité », estime le coach Michel der Zakarian.

Un but encaissé d’entrée de jeu face à Rennes (2-2), une première mi-temps catastrophique à Monaco avant le réveil (1-2) et dix minutes encore bien compliquées contre Lille ( 0-1) qu’il n’a, cette fois, pas réussi à effacer : Montpellier multiplie les départs ratés depuis plusieurs semaines.

« Un match ça se joue 95 minutes. On a joué 90. On a pris un but d’entrée de jeu et concédé trois grosses occasions. On peut perdre 2-0 après cinq minutes », regrette Ruben Aguilar. Après trois minutes, Benjamin Lecomte avait déjà réalisé trois énormes arrêts. Il n’a rien pu sur la quatrième frappe lilloise, signée Pépé, après sept minutes. « Ça fait trois matchs qu’on débute mal et que d’entrée on subit des actions. C’est compliqué de courir derrière le score », regrette Andy Delort.

Der Zakarian : « Un problème de concentration et d’agressivité »

Si Ruben Aguilar estime que le changement de défense (et le passage à quatre) y est étranger, ce n’est pas forcément l’avis de Delort. « Sur les premières actions, on voit que sur les côtés, ils ne se parlent pas ». Des petites erreurs de placement où Aguilar est pris dans son dos par Ikoné, sans être parfaitement couvert par Skhiri, débordé par la vitesse de l’ancien Montpelliérain au passage famélique dans l’Hérault et copieusement sifflé par le stade.

« Il y a une faute de marquage. Ces erreurs de début de match nous font très mal et nous font perdre. C’est un problème de concentration et d’agressivité », peste Michel Der Zakarian. « Le coach nous avait prévenus avant-match pourtant, confirme Delort. On essaie de comprendre pourquoi. On en a parlé entre nous dans le vestiaire ».

Les Lillois soulignent les qualités montpelliéraines

Derrière, pourtant, Montpellier a joué. « Ils ont beaucoup de qualités, beaucoup de mobilité », estime Xeka. « Montpellier a beaucoup de qualités », renchérit José Fonté. En vain

« Le coach nous a dit qu’il ne pouvait rien nous reprocher, à part l’entame de match. A Monaco on rate complètement une mi-temps et on perd le match. Là, on fait un très bon match et on le perd, c’est le football », estime, fataliste, Aguilar.

Montpellier s’est fait subtiliser la place de dauphin par son vainqueur du jour.