Montpellier: «C'est mon double!» Le gros kif de Delort, Laborde et Mollet au MHSC

LIGUE 1 Gaëtan Laborde, Andy Delort et Florent Mollet n’avaient jamais joué ensemble avant de porter le maillot de Montpellier. Mais entre les trois hommes, ça a immédiatement matché sur et en dehors du terrain…

Jerome Diesnis

— 

Andy Delort, ici face à Rennes, Gaêtan Laborde et Florent Mollet s'entendent comme larrons en foire, sur et hors du terrain.
Andy Delort, ici face à Rennes, Gaêtan Laborde et Florent Mollet s'entendent comme larrons en foire, sur et hors du terrain. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse
  • Andy Delort, Gaëtan Laborde et Florent Mollet forment un trio offensif très complémentaire sur le terrain comme dans la vie de tous les jours.
  • « Ça fait longtemps que je n’ai pas pris autant de plaisir avec un partenaire », résume Delort. « On s’est bien trouvé tous les trois », estime Laborde.
  • La réussite de Montpellier tient aussi dans les rapports qui unissent les hommes en dehors du cadre du football.

Ils ne sont issus ni du même milieu, ni de la même région. Mais depuis qu’ils sont réunis sous le même maillot à Montpellier, Florent Mollet le Dijonnais, Andy Delort le Sétois et Gaëtan Laborde le Landais font des étincelles. Ces trois-là se sont trouvés. Et pas seulement sur le terrain, où leur complémentarité et leur plaisir de jouer ensemble sautent aux yeux à chaque match du MHSC.

« Un ami m’a dit : “Je n’arrive pas à vous reconnaître sur le terrain, même s’il est gaucher et toi droitier”, reconnaît Delort. On parle d’une ressemblance, mais on partage avant tout le même état d’esprit, de rien lâcher. » Cousins, ils le sont. « Quand j’ai signé à Montpellier, la perspective de jouer avec Flo, dont je suivais les performances depuis un bon moment, et Andy me plaisait beaucoup », confirme Laborde. Les trois n’avaient pourtant jamais été réunis sous le même maillot avant cette saison. Mais ça a immédiatement matché.

« Andy, c’est mon double sur le terrain »

« Andy, je me retrouve en lui, c’est vrai que c’est un peu mon double sur le terrain, reprend le Montois. On a la même mentalité. C’est une anecdote, mais la première personne qui m’a écrit sur Instagram quand j’ai signé, c’est lui. J’adore jouer avec lui. Un regard suffit pour se comprendre. » Le sentiment est le même avec Mollet. « J’adore sa patte technique et son humour au quotidien. J’ai vraiment l’impression qu’on s’est bien trouvé tous les trois, reprend Laborde. Ça ne vient pas des résultats, car ça a immédiatement fonctionné entre nous. Et ça se voit sur le terrain où se donne à fond pour les autres, qu’importe qui marque. Aucun d’entre nous ne tire la couverture à lui, on travaille les uns pour les autres. »

« Cela fait longtemps que je n’ai pas pris autant de plaisir avec un partenaire, indique Delort. Je suis content quand il marque, et inversement. Alors que dans le foot, il y a pas mal d’égoïsme. » Florent Mollet savoure, lui, le plaisir de jouer avec « des gens attachants avec qui j’ai beaucoup d’affinités. Avec qui on fait des repas en dehors. » Qu’il s’agisse de Gaëtan Laborde, une personne « qui a une grande maturité pour son âge. Il nous fait du bien dans le vestiaire et sur le terrain où il sait garder le ballon et ne rechigne jamais à faire les efforts. » Ou bien Andy Delort, avec lequel le milieu de terrain se trouve, là encore, des similitudes : « Je trouve qu’on se ressemble beaucoup. Sur le terrain, c’est un bulldozer et un gagneur, comme Gaëtan ou moi. Je sais quand et pourquoi il va s’énerver, parce que je suis comme lui. C’est un super mec qui met l’ambiance. C’est un gros chambreur, qui accepte aussi d’être chambré. » Bref, ils se régalent.