Equipe de France: Le Montpelliérain Ruben Aguilar a-t-il un avenir avec les Bleus?

FOOTBALL Brillant avec Montpellier en Ligue 1, Ruben Aguilar n’a jamais été appelé dans la moindre sélection nationale. Mais le défenseur latéral droit est en pleine ascension…

Jérôme Diesnis

— 

Ruben Aguilar, ici devant le Bordelais François Kamano, multiplie les prestations de haut niveau au sein de la seconde défense de France.
Ruben Aguilar, ici devant le Bordelais François Kamano, multiplie les prestations de haut niveau au sein de la seconde défense de France. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Ce serait une sacrée revanche sur la vie. Ruben Aguilar peut-il être appelé par Didier Deschamps en équipe de France ? Pour le joueur de Montpellier, obligé de démarrer sa carrière en DHR à Grenoble, après s’être vu refuser les portes du monde pro à Saint-Etienne, se poser la question est déjà une victoire en soi.

Logiquement, les champions du monde ont plusieurs longueurs d’avance sur la concurrence dans l’esprit du sélectionneur. Mais à un poste confié depuis un an à Benjamin Pavard, défenseur central en club, les latéraux de formation peuvent entrevoir l’ouverture. Voir Aguilar en Bleu n’est pas qu’un fantasme ou une idée saugrenue de journalistes ou de consultants, pas tous convaincus par l’après-Coupe du monde du joueur de Stuttgart.

«Sur le long terme, mieux vaut un joueur de métier»

Pour son coéquipier Gaëtan Laborde, ce n’est même qu’une question de temps : « Quand tu vois les difficultés de l’équipe de France sur ce poste et ce que fait Ruben offensivement et défensivement, parce qu’on ne le passe pas souvent… Il n’y a pas à rougir de dire qu’il mériterait d’y être. »

L’attaquant montpelliérain est même enthousiaste sur les prestations de son partenaire de club : « Pavard a fait une très belle Coupe du monde. Mais sur le long terme, mieux vaut un joueur de métier. Sidibé actuellement n’est pas très bien. Ruben sort d’une très belle année et évolue à un niveau international. J’espère qu’il sera appelé en mars. »

Sollicité par la Bolivie

Le latéral droit de Montpellier avait été sollicité il y a un an par la Bolivie, avec laquelle il n’a aucun lien de filiation : il est né à Grenoble de parents franco-espagnols. Mais ce rêve bleu lui semble encore inaccessible : « Chaque joueur rêve de jouer avec sa sélection, mais pour moi, l’équipe de France reste à un étage très supérieur. Je dois progresser dans certains domaines. Si je ne suis pas encore pré-convoqué, c’est que je ne suis pas prêt ».

Ruben Aguilar, en duel avec le Bordelais Pablo, apporte offensivement dans son couloir droit où i la déjà délivré deux passes décisives à ses attaquants cette saison.
Ruben Aguilar, en duel avec le Bordelais Pablo, apporte offensivement dans son couloir droit où i la déjà délivré deux passes décisives à ses attaquants cette saison. - Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

En attendant, le joueur de 25 ans multiplie les prestations de haut vol, au sein de la deuxième défense de France. « Il fait de très bonnes choses dans son couloir, où il a un très gros volume de jeu », évoque l’ancien latéral international Stéphane Blondeau (deux sélections). « Il excelle dans un système à cinq… qui n’est pas celui de l’équipe de France. Tant que le MHSC jouera de cette façon, le staff s’interrogera sur sa capacité à reproduire les mêmes performances dans une défense à quatre. »

«La suite logique de son investissement»

Jean-Luc Vannuchi, désormais à la direction technique nationale comme sélectionneur des U18 ne se prononce évidemment pas sur son avenir en Bleu : « Je ne suis pas décideur et je ne connais pas les prérogatives de Didier Deschamps » Mais derrière cette réserve, celui qui l’a découvert en CFA n’est « pas étonné du tout » de le voir si haut en club : « C’est la suite logique de sa progression, de son investissement et son boulot au quotidien. »