Russie: La mission des experts de la lutte antidopage fait un flop à Moscou

COUAC L'Agence mondiale antidopage n'a pas pu comme convenu récupérer des données de contrôles en échange de sa décision de lever la suspension de l'agence antidopage russe...

20 Minutes avec AFP
— 
Un laboratoire de l'agence anti-dopage russe (photo d'illustration).
Un laboratoire de l'agence anti-dopage russe (photo d'illustration). — Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

Une équipe d’experts de l’Agence mondiale antidopage (AMA), envoyée à Moscou cette semaine pour récupérer les données des contrôles menés dans l’ancien laboratoire de la capitale russe, n’ont pas pu mener leur mission à bien.

La récupération de ces données était une condition imposée par l’AMA en échange de sa décision controversée de lever la suspension de l'agence antidopage russe, Rusada. L’AMA avait déclaré la Rusada « non-conforme » en novembre 2015, sur la base du rapport indépendant sur le dopage dans l’athlétisme russe rédigé par l’ancien président de l’AMA, Dick Pound, qui avait mis en lumière que l’agence antidopage russe avait aidé à dissimuler des cas de dopage impliquant des athlètes russes.

Reste que l’équipe constituée de cinq experts de l’agence mondiale antidopage, arrivée à Moscou ce lundi, n’a pu, selon l’AMA, extraire les données en question parce que les autorités russes ont exigé au dernier moment que leur équipement soit conforme à la législation russe.

« Les désirs de dirigeants au-dessus des droits de millions de sportifs propres »

Pour rappel, l’AMA avait décidé en septembre dernier de lever la suspension de l’agence russe antidopage Rusada, frappée de sanctions pour le système de dopage institutionnel ayant eu cours en Russie entre 2011 et 2015. Dans la foulée de l’annonce faite sur Twitter, le patron de l’agence antidopage américaine Travis Tygart avait fait part de son scepticisme et de son indignation.

« Franchement, cela sent extrêmement mauvais, avait-il indiqué. A ce jour, aucun fonctionnaire de l’AMA n’a eu accès aux échantillons du laboratoire de Moscou et il n’y a pas eu de reconnaissance publique du rapport McLaren ». Et celui qui a fait tomber l’ancienne star du cyclisme Lance Armstrong d’ajouter : « L’AMA a montré ce jour sans équivoque au monde le type d’organisation qu’elle est : une organisation qui place les désirs d’une poignée de dirigeants au-dessus des droits de millions de sportifs propres. C’est une triste situation pour une institution autrefois respectée. »