Stade Rennais-Strasbourg: Après l'euphorie de l'Europe, les Bretons se noient collectivement

FOOTBALL Le Stade Rennais a coulé à domicile face à Strasbourg ce dimanche...

Jérôme Gicquel

— 

Ismaïla Sarr a été le seul danger d'une équipe rennaise apathique ce dimanche face à Strasbourg.
Ismaïla Sarr a été le seul danger d'une équipe rennaise apathique ce dimanche face à Strasbourg. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
  • Après leur victoire face à Jablonec jeudi, les Rennais ont sombré au Roazhon Park face à Strasbourg (1-4).
  • Plombés par de grosses erreurs défensives, les Bretons ont concédé deux penalties.
  • Le Stade Rennais va vite devoir se ressaisir avec un déplacement à Lyon dès mercredi.

Après le bon nul obtenu à Montpellier le week-end dernier et la victoire dans la douleur jeudi face à Jablonec, le Stade Rennais pouvait s’offrir « sa meilleure semaine de la saison » s’il battait Strasbourg à domicile dimanche. Le scénario attendu n’a pas vraiment eu lieu, doux euphémisme. Balayés par les Alsaciens (1-4), les hommes de Sabri Lamouchi ont connu l’humiliation.

Plombé par une défense à la ramasse, comme souvent cette saison, et sans solution offensive, le club breton a littéralement coulé dans son enceinte, où il n’a plus gagné depuis le 2 septembre. « Ce soir, on était trop loin, Strasbourg mérite sa victoire, ils ont profité de nos erreurs, de notre faiblesse à tout niveau », a indiqué l’entraîneur rennais.

Deux penalties sifflés pour Strasbourg

Cauchemardesque, le match des Rennais avait pourtant bien démarré. Dix bonnes premières minutes ponctuées par une splendide frappe enroulée de Sarr en pleine lucarne. Et après, plus rien. « Un naufrage collectif » pour le coach Sabri Lamouchi.

Dès la 20e, l’ancien Nantais Thomasson égalisait du plat du pied après un bon centre de Lala. Pour les Strasbourgeois, c’était même Noël avant l’heure, Da Silva et Mexer offrant deux penaltys aux Alsaciens à la demi-heure de jeu et juste après le retour des vestiaires. « On voulait réaliser le match parfait et on a fait tout le contraire. Si on continue à faire des cadeaux comme ça, on ne pourra rien espérer mieux », a souligné le milieu de terrain Benjamin Bourigeaud.

« Presque impardonnable de prendre 4 buts à domicile »

En seconde mi-temps, les rentrées successives d’André, de Siebatcheu et de Léa Siliki n’ont rien changé, Strasbourg enfonçant même le clou à la 77e avec un but du défenseur Pablo Martinez. « On a sombré tous ensemble avec des erreurs qui nous ont fait très mal. Mais on ne doit pas prendre quatre buts à domicile, c’est presque impardonnable », a lâché Damien Da Silva, à l’issue de ce match à vite oublier pour les Rennais, qui se déplaceront sur le terrain de Lyon mercredi. Pas forcément l’endroit idéal pour se relancer.