Ligue 2: Le RC Lens veut éviter la sortie de route

FOOTBALL Incapable de gagner depuis quatre matchs, le club artésien va défier deux concurrents pour la montée en l'espace de quatre jours...

Francois Launay

— 

Yannick Gomis, l'attaquant lensois
Yannick Gomis, l'attaquant lensois — Rc Lens.fr
  • Lens (4e) n’a pris qu’un point sur ses quatre derniers matchs de Ligue 2.
  • Une mauvaise série avant deux matchs importants face à des concurrents directs pour la montée.
  • Vendredi à Lorient (3e) puis mardi à domicile face à Brest (2e), le Racing joue gros

Le coup d’arrêt est brutal. Flamboyants en début de saison avec 9 victoires en 13 matchs toutes compétitions confondues, les Sang et Or ont perdu des couleurs. Depuis un mois, le Racing n’avance plus. Avec un seul point pris sur ses quatre derniers matchs de championnat, Lens galère. Redescendu à la quatrième place de Ligue 2, les Lensois ne sont pas encore décrochés de la course à la montée. Mais ce coup de moins s’explique selon Yannick Gomis.

« On avait perdu le fil »

« Certaines équipes ont des coups de mou durant la saison. C’est vrai que ça a été compliqué pour nous durant tout le mois d’octobre. On avait perdu le fil, on avait perdu tout ce qu’on avait à savoir nos valeurs, la détermination qu’on avait au début et la maîtrise collective en début de saison. Mais on a rectifié le tir le week-end dernier et c’est de bon augure pour la suite », estime le meilleur buteur lensois.

Après trois défaites d’affilée, le club espère que le point pris (0-0) à domicile samedi face à Grenoble soit le début de la rédemption et d’une prise de conscience. En réussissant son début de saison, le Racing a sans doute pensé que tout serait facile pour la remontée, objectif affirmé du club.

Lens s’est vu trop beau

« Après notre succès contre le Gazélec (5-0, le 22 octobre), il y a peut-être eu une euphorie. On s’est enflammé, on se voyait trop beaux. Pourtant, qui connaît le championnat de Ligue 2 sait que si on se relâche un petit peu, on le paie cash. On va essayer de rectifier le tir à Lorient. C’est un bon match qui peut nous relancer », poursuit Yannick Gomis.

Un match qui a aussi des airs de petit tournant. Car après ce déplacement chez le troisième de Ligue 2, Lens va enchaîner mardi prochain avec la réception de Brest, deuxième au classement. Une période charnière contre des concurrents directs qu’il va falloir bien négocier. Reste que Philippe Montanier ne s’alarme pas

« Ce sont des matchs importants. Il y a des tournants qu’on a réussis par le passé, d’autres qu’on a loupés mais ça n’empêche pas d’avancer. Dans une saison, ça tourne beaucoup », relativise l’entraîneur lensois. Même si les Sang et Or n’ont pas vraiment le droit de rater ce virage. S’il est bien négocié, Lens pourra garder ses ambitions. Sinon, le projet sera sans doute à revoir.