FC Nantes-Angers: «Je serais bien rentré devant...», plaisante Vahid Halilhodzic

FOOTBALL Le FC Nantes, ultra-dominateur, a concédé le point du nul (1-1) face au voisin angevin, samedi soir, à la Beaujoire...

David Phelippeau
— 
Vahid Halilhodzic.
Vahid Halilhodzic. — SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP
  • Le FC Nantes a été tenu en échec (1-1) samedi soir par Angers, à la Beaujoire.
  • Menés rapidement au score, les Nantais ont poussé toute la rencontre pour finalement égaliser en toute fin de match.
  • Le FC Nantes reste pour l’heure 10e de Ligue 1.

« Souvenez-vous ce que j’avais dit il y a quelques jours, attention danger… » Vahid Halilhodzic avait vu juste et avait prévenu ses joueurs. L’entraîneur nantais n’imaginait pas ce derby des Pays-de-la-Loire contre Angers comme une partie de plaisir. Menés très vite, les Canaris ont finalement réussi à égaliser au moment où on les attendait le moins, c’est-à-dire à 1 minute de la fin grâce à une frappe sèche de Waris (1-1, 89e), parfaitement servi par Sala. Face au voisin angevin, le FC Nantes (toujours 10e de L1) n’a pas toujours dégagé une grande maîtrise, mais il faut reconnaître qu’il n’a jamais abdiqué.

Dès la 5e minute, Bahoken avait plombé l’ambiance de la Beaujoire. Les Canaris ont passé la majeure partie de leur temps à pousser, centrer, presser, tirer… 54 centres pour 23 tirs dont 8 cadrés. Des statistiques qui montrent à quel point le FCN est capable de développer un jeu offensif. Les Canaris ont parfois été maladroits, souvent malchanceux (poteau de Moutoussamy et barre de Boschilia) ou sont tombés sur un Butelle dans la cage adverse.

Coaching offensif gagnant

« Je suis un entraîneur défensif c’est ça ?, a plaisanté, à peine souriant, coach Vahid. J’étais nerveux sur le banc. A un moment, je serais bien rentré devant… » N’ayant plus vraiment les jambes, l’entraîneur nantais a préféré prendre tous les risques dans son coaching en faisant entrer trois attaquants : Coulibaly, Evangelista et Waris. Un coaching payant puisque le dernier nommé a fini par délivrer une Beaujoire qui imaginait déjà la fin de la belle série nantaise sous l’ère Vahid (désormais 6 matchs sans défaite toutes compétitions confondues).

« J’ai félicité les joueurs pour leur match, poursuit le coach. J’ai un peu de déception car on avait une occasion en or pour grappiller des points et continuer notre série exceptionnelle, mais je les ai félicités pour tous ces efforts réalisés pour égaliser. C’était un super match : combativité, volonté, qualité de certaines passes et actions, il y avait tout sauf la réalisation Si on continue comme ça, il y aura d’autres victoires. »

Même scénario qu’à Rennes

Comme à Rennes (1-1), les Canaris ont été menés, mais n’ont rien lâché. « Cela montre qu’on a du caractère, c’est la mentalité du groupe », retient Abdoulaye Touré. « Ce qui est positif c’est qu’on n’a rien lâché, embraie Moutoussamy, qui remplaçait au milieu du terrain Rongier, blessé et suspendu. Quand on n’arrive pas à gagner, il faut savoir ne pas perdre. Il faut absolument garder cet état d’esprit. »