Finale France-Croatie: Tsonga perd et se blesse... Le gros pari raté de Noah

TENNIS Aligné en finale après une saison quasi blanche, le Manceau s’est reblessé vendredi lors de sa défaite face à Marin Cilic…

Francois Launay

— 

Yannick Noah et Jo-Wilfried Tsonga lors de la finale de la coupe Davis
Yannick Noah et Jo-Wilfried Tsonga lors de la finale de la coupe Davis — PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Le Manceau est sorti blessé de son match perdu face à Cilic en finale de la coupe Davis.
  • Aligné par Noah malgré une saison tronquée par les blessures, Tsonga n’a pas tenu physiquement.
  • Un échec pour le capitaine des Bleus qui avait décidé de tenter le pari.

La scène était redoutée voire attendue et elle a fini par se produire. Quand Jo-Wilfried Tsonga est sorti se faire soigner en plein milieu du troisième set de son match (perdu) face à Marin Cilic, personne n’a été vraiment étonné.

Blessé durant sept mois cette année, celui qui est redescendu à la 259e place mondiale n’avait repris la compétition que fin septembre. Et le corps a fini par lâcher avec une nouvelle douleur aux adducteurs qui a failli carrément le pousser à l’abandon.

« Je ne sais pas ce que j’ai »

« C’est soit une petite lésion, soit une petite élongation sur un adducteur Mais il n’y a rien de sûr pour le moment. Je vais faire des examens samedi matin et j’en saurai beaucoup plus. Aujourd’hui, je ne sais pas ce que j’ai. Je ne me pose pas la question de savoir si je peux ou pas. J’attends d’avoir un diagnostic. On est dans l’attente », explique Tsonga qui ne sait pas encore s’il pourra jouer dimanche si la France est encore en vie. Mais il ne faut sans doute pas se faire d’illusions car le joueur semble bien diminué. 

Il avait gagné sa place en stage

Malgré sa saison quasi blanche, le joueur de 33 ans avait pourtant été retenu dans la sélection française pour la finale. Et en mettant les bouchées doubles lors du stage de deux semaines avant la rencontre face à la Croatie, il avait même fini par convaincre Noah de le faire débuter vendredi. Un gros pari que le capitaine avait réussi en 1991 avec Henri Leconte. Mais vingt-sept ans plus tard, le miracle n’a pas eu lieu avec Tsonga.

« C’est difficile de dire pourquoi un joueur se blesse. Est-ce que c’est lié à une surchauffe d’entraînement, au stress ou à un joueur qui te fait jouer à un niveau inhabituel ? De toute façon, il n’y avait pas d’autre solution. Si on avait envie d’accrocher notre chance, ça passait par un travail important », se défend Yannick Noah.

Un pari trop osé ou un adversaire simplement plus fort ?

Sauf qu’avec cette défaite et cette nouvelle blessure, le choix du capitaine interroge. Là où on aurait crié au génie en cas de succès, le pari de Noah était-il cette fois-ci trop osé ?

« Il se blesse dans le troisième set mais avant d’en arriver là il n’a pas réussi à mettre son jeu en place. Jo n’a pas réussi à trouver la solution. Il n’est pas loin au deuxième set mais à chaque fois qu’il avait une balle de break, il prenait une première balle sur le service de Cilic », relativise Thierry Champion, directeur du haut niveau à la Fédération Française de Tennis (FFT), en reconnaissant la supériorité de Marin Cilic, 7e joueur mondial.

Le retour du fantôme de Gilles Simon

Et c’est vrai que l’adversité était bien supérieure que ce soit Coric face à Chardy ou Cilic face à Tsonga. Il n’y a donc pas à crier au scandale sur ces deux défaites. Reste ce petit sentiment qu’il y avait peut-être mieux à faire dans le choix des joueurs. Interrogé une nouvelle fois sur l’absence de Gilles Simon, pourtant véritable bête noire de Cilic avec six victoires en sept matchs, Noah a botté en touche.

« Quand vous perdez, vous pouvez essayer de réécrire l’histoire mais ça ne marche pas comme ça », relativise le capitaine. Parti à la bataille avec un joueur inexpérimenté en finale (Chardy) et un autre de retour de blessure (Tsonga), Noah a perdu sur les deux tableaux. A moins d’un miracle auquel plus grand monde ne croit, l’ultime inspiration du gourou du tennis français n’aura pas été la plus réussie.