Vive le FPF: La santé financière des clubs européens n'a jamais été aussi bonne, selon l'UEFA

FOOTBALL Ils ont réalisé un bénéfice global de 600 millions d'euros en 2017...

N.C. avec AFP

— 

Le président de l'UEFA, Alexsandr Ceferin.
Le président de l'UEFA, Alexsandr Ceferin. — Laurent Gillieron/AP/SIPA

La santé financière des clubs européens n'a jamais été aussi bonne. Selon une étude de l'UEFA publiée dimanche, le bilan des grands clubs européens a été bénéficiaire en 2017, ce qui constitue une grande première. Ils ont réalisé un bénéfice global de 600 millions d'euros, alors qu'ils perdaient  1,7 milliard d'euros en 2011, année de l'introduction des règles du fair-play financier (FPF), selon cette étude que l'AFP a pu consulter.

Les clubs européens perdaient encore 300 millions d'euros en 2016 et 500 millions en 2015. Ces chiffres sont issus d'une compilation des résultats financiers de 718 clubs européens de 1re division, représentant 54 championnats. Pour le président de l'UEFA, Alexander Ceferin, ces chiffres «démontrent clairement que le fair-play financier fonctionne».

Mis en oeuvre à partir de 2011, le principe du FPF prévoit que les clubs engagés dans les compétitions européennes (Ligue des champions, Ligue Europa) ne dépensent pas plus qu'ils ne gagnent, ni n'affichent un déficit supérieur à 30 millions d'euros cumulé sur trois exercices.

En cas de non-respect, l'UEFA peut prendre des sanctions envers un club, allant du simple blâme jusqu'à l'exclusion des compétitions européennes en passant par l'interdiction de recruter. En vertu des principes du FPF, plusieurs clubs sont actuellement dans le viseur de l'UEFA, notamment le PSG et l'AC Milan.

L'étude révèle également que pour la première fois, les revenus des clubs ont dépassé la barre des 20 milliards d'euros en 2017 (20,1 très précisément) Ces revenus ont été multipliés par 7 en 20 ans, portés essentiellement par la hausse des droits de télévision.