Coupe du monde 2018: «On n’a pas été respectés», les Marocains l’ont un peu mauvaise contre l'arbitrage

FOOTBALL Dominateur dans le jeu contre le Portugal mais stériles en attaque, le Maroc doit déjà dire adieu à la Russie…

Julien Laloye

— 

Benatia console Harit et Hakimi après la défaite du Maroc.
Benatia console Harit et Hakimi après la défaite du Maroc. — FADEL SENNA / AFP

De notre envoyé spécial à Moscou,

Cruauté infinie du calendrier de ce Mondial. Le Maroc est la première équipe officiellement éliminée de la compétition alors qu’elle est sans souci l’une des seuls à avoir proposé un peu d’enthousiasme offensif sur la première semaine, à la différence de certains (suivez notre regard). Même l’entraîneur portugais, le sémillant Fernando Santos, le reconnaissait depuis les profondeurs du stade Luzhniki. « Je l’admets, c’est un résultat injuste pour le Maroc. Mais le football est ainsi: celui qui marque gagne ». Le grand problème du Maroc, précisément. Comment cette équipe peut être à zéro buts en deux matchs après s’être procurée autant d’occasions contre l’Iran et le Portugal, mystère.

« Il y a une faute incroyable de Pepe »

Enfin mystère, oui et non. Les Marocains ont du talent dans tous les coins du terrain, sauf dans celui où ça compte le plus, la surface adverse. Boutaib a fait de son mieux, il s’est battu comme un damné, mais il n’a jamais été placé où il fallait sur les incursions de Belhanda, d’Amrabat, ou de Ziyech, brillants dans le petit jeu. C’est Benatia qui s’est retrouvé au bon endroit sur chaque coup de pied arrêté bien tiré, mais comme le défenseur de la Juve l’a lui-même fait remarquer, « s’il était fort devant le but ça se saurait. On a eu la possession, on a eu les actions, mais quand ton défenseur central est le plus dangereux, c’est jamais bon signe ».

Nous ne théoriserons pas ici sur le principe d’une injustice footballistique qui n’existe pas. Gagne celui qui a raison, point. L’injustice arbitrale, c’est autre chose. Les Marocains en avaient après l’arbitre et la VAR, coupables de ne pas s’être penchés sur une faute supposée de Pepe ( on prononce Pep, n'oubliez pas) à l’encontre de Boutaib sur le but de Ronaldo qui a changé le visage du match d’entrée (4e).

Benatia encore:

« Je viens de revoir l’image, et je vous invite à le faire, il y a une faute incroyable sur Boutaib qui est le plus grand de l’équipe, c’est pour ça qu’on le met au premier poteau. Il y a une charge incroyable dans le dos d’un joueur qui finit par terre, ça me semble incroyable de pas siffler faute. Je me demande comment l’arbitre vidéo ne le voit pas, alors que moi ça me saute aux yeux. Je sais que c’est pas facile, qu’il y a des grands joueurs en face, mais sur ce coup-là, je me dis que le Maroc n’a pas été respecté ».

En vrai, l’affaire est plus compliquée que ça. Le même Benatia pousse Pepe qui vient effectivement s’empaler sur Boutaïb, et pour le dire franchement, on n’aurait pas sifflé faute non plus. Très ému, Hervé Renard est aussi revenu sur l’épisode, mais il a préféré prendre un peu de hauteur, pour remercier ses joueurs du spectacle montré et le bruyant public marocain, présent en force à Moscou

« La chose dont je suis certain à l’heure où l’on parle, c’est que tout le peuple marocain est fier de son équipe, très fier. On s’est qualifié pour un Mondial après 20 ans d’abstinence pour le Maroc et on a montré qu’on était une équipe qui jouait au foot. On n’a pas été récompensés, mais les joueurs étaient sublimés parce qu’on avait l’impression de jouer à Casablanca dans ce stade de Moscou, et ça, c’est une image qu’on ne pourra jamais nous enlever. Il y a des gens qui sont venus en voiture, et j’espère qu’ils sont fiers de leur équipe, mais j’en suis sûr ».

C’est l’impression générale, en effet. Et il reste encore une petite chance de leur faire un petit plaisir, face à l’Espagne. Hakimi, l’arrière-droit du Real : « Ça n’a pas dû être facile d’arriver jusqu’ici pour eux et on veut vraiment les remercier de leur soutien en offrant un beau visage contre les Espagnols ». On ne se fait pas trop de soucis pour ça.