Guingamp: C’est quoi le secret de la pelouse du Roudourou, sacrée plus beau billard de Ligue 1 ?

FOOTBALL Le club breton a décroché le titre de Champion de France des pelouses devant le PSG…

Jérôme Gicquel

— 

Pour sa première sous le maillot du PSA, Neymar avait foulé la pelouse du Roudourou début août.
Pour sa première sous le maillot du PSA, Neymar avait foulé la pelouse du Roudourou début août. — Kamil Zihnioglu/AP/SIPA
  • La pelouse de Guingamp a été sacrée plus belle de France, devant celle du PSG.
  • C’est un ancien joueur pro, Manu Bessong, qui est chargée de bichonner la pelouse du club breton.
  • L’En Avant de Guingamp a investi en 2015 dans une pelouse hybride.

En Ligue 1, le stade du Roudourou et ses 18.642 places a un côté un peu champêtre. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir un beau gazon, bien au contraire. Le club de l’En Avant de Guingamp vient même d’être couronné pour cela en décrochant le titre honorifique de champion de France des pelouses.

Une belle récompense pour le club breton qui détrône au passage le PSG, vainqueur des quatre derniers trophées grâce à son jardinier star Jonathan Calderwood. « Mais on n’a pas le même budget tous les deux », rigole Manu Bessong, le nouveau roi des pelouses de Ligue 1.

Avec une note moyenne de 18,6 sur 20, la pelouse du Roudourou coiffe sur le poteau celle du Parc des Princes (18,4) et du Matmut Atlantique de Bordeaux (17,7). « On a pris la tête du championnat dès la deuxième journée et on ne l’a plus lâchée. On a profité des petites erreurs du PSG qui avait une pelouse qui n’était pas au niveau en début de saison. Mais sinon, ils sont presque imbattables », concède le jardinier en chef du club breton.

« L’impression que le ballon roule sur un billard »

La clé du succès guingampais remonte à l’été 2015. Le club breton avait fait sa révolution verte en investissant dans une pelouse hybride comme au Stade de France ou dans la plupart des stades anglais. « C’est un mélange de vrai gazon et de fibres synthétiques qui est posé sur douze centimètres de sable », explique l'ancien joueur pro, passé notamment par l’Allemagne, la Turquie ou l’Indonésie. « Cette pelouse offre une bonne tenue et est très perméable à l’eau, ce qui est important en Bretagne. Quand on fait une passe, on a l’impression que le ballon roule sur un billard », poursuit-il.

Mis à la disposition du club breton par la société Sparfel, Manu Bessong sait aussi faire preuve d’une grande patience pour bichonner le gazon du Roudourou. « On passe au minimum quatre heures par jour avec mon collègue sur le terrain. Il n’y a pas que la tonte, il faut sans cesse surveiller la souplesse et l’humidité du terrain », assure le jardinier, toujours à l’écoute des joueurs. « On ajuste aussi en fonction de leurs remarques. Et après on regarde le classement, cela met un peu de piment dans la saison », sourit Manu Bessong, pas peu fier d’avoir terrassé l’ogre parisien.