Pas encore parti d'Arsenal, Arsène Wenger a déjà reçu beaucoup d'offres pour entraîner ailleurs

FOOTBALL Arsène Wenger quittera les Gunners à la fin de la saison…

A.H.

— 

Arsène Wenger a vécu son dernier match à domicile, dimanche.
Arsène Wenger a vécu son dernier match à domicile, dimanche. — DigitalSouthSHM/Shutter/SIPA

La fin d’une histoire. Et le début d’une autre, peut-être, plus vite que prévue. Alors qu’il a annoncé son départ d’Arsenal après vingt-deux ans de bons et loyaux services, Arsène Wenger a reconnu, mardi, à la veille d’un match en retard de Premier League à Leicester, qu’il avait déjà reçu de nombreuses offres. « Plus que ce à quoi je m’attendais », a indiqué le manager des Gunners.

« En ce moment, je me concentre pour bien finir mon travail, a ajouté l’entraîneur Alsacien, à qui il reste deux matches à disputer en tant qu’entraîneur des Londoniens. Je veux bien travailler jusqu’au dernier jour de mon contrat, puis je prendrais un peu de repos, et je n’ai étudié ni analysé aucune offre d’où qu’elle vienne. »

Qui pour lui succéder ?

Interrogé sur son successeur sur le banc d’Arsenal, Wenger a répondu que « plus tôt ça sera, mieux cela vaudra ».

Parmi les noms qui ont circulé pour remplacer l’éternel Arsène, figurent ceux des Italiens Massimiliano Allegri et Carlo Ancelotti et de l’Espagnol Luis Enrique​. Le Bosnien Zeljko Buvac, fidèle adjoint de Jurgen Klopp à Liverpool, fait aussi partie du casting.