Ligue 1: Pourquoi une descente en Ligue 2 serait une catastrophe industrielle pour le LOSC

FOOTBALL Dix-neuvième de Ligue 1 à dix journées de la fin, le club nordiste espère éviter l'accident industriel que représenterait une relégation...

Francois Launay

— 

Gérard Lopez, le nouveau propriétaire du Losc
Gérard Lopez, le nouveau propriétaire du Losc — FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Officiellement tout va bien ou presque. Arrivé à Luchin depuis le début de semaine, Gérard Lopez fait le tour du propriétaire. Joueurs, salariés et supporters, le patron du club nordiste a rencontré les forces vives du Losc. S’il assure avoir tancé ses joueurs pour leurs performances sportives inquiétantes, il a aussi caressé dans le sens du poil des supporters inquiets de l’avenir de leur club.

>> A lire aussi : Le tribunal de commerce condamne Marcelo Bielsa à verser 300.000 euros de dommages et intérêts au club

Dix-neuvième de Ligue 1 à dix journées de la fin, le club nordiste, qui n’a plus quitté l’élite depuis 2001, voit clairement se profiler le spectre de la relégation. Un scénario catastrophe que Gérard Lopez a assuré être en mesure de gérer face aux responsables des groupes de supporters.

Mais l’assurance officielle du président du club ne résiste pas vraiment à l’analyse des chiffres. Car une descente serait une vraie catastrophe économique à plusieurs niveaux comme l’explique Pierre Rondeau, économiste du sport.

Un manque à gagner de 30 millions d’euros en termes de droit télés.

En juin dernier, les dirigeants du Losc l’avaient claironné haut et fort : leur équipe, coachée par Marcelo Bielsa, allait viser d’entrée le top 5 de la Ligue 1. Un budget et des investissements ont donc été établis en fonction de cette cinquième place.

>> A lire aussi : Bielsa, E-Sport, Chine... Le Losc présente son nouveau projet

Mais à dix journées de la fin, le Losc est dix-neuvième. A titre de comparaison, l’an passé, la différence en termes de droits télé entre la 5e et la 19e place s’élevait à plus de 30 millions d’euros (Marseille (5e) avait touché 47 millions tandis que Nancy (19e) avait obtenu 15 millions).

« Ce serait donc une catastrophe industrielle si Lille était relégué. Il y aurait un manque à gagner de 30 millions dès cette saison. Et puis, en Ligue 1, on touche en moyenne 20 à 25 millions d’euros alors qu’en Ligue 2 c’est environ 5 millions d’euros. Les gains probables seraient divisés par quatre », explique Pierre Rondeau.

Des sponsors moins enclins à suivre le club

Une descente en Ligue 2 représenterait aussi un manque d’attractivité certain pour les sponsors. « Ils voudront moins suivre le LOSC avec sans doute une renégociation des contrats à la baisse au vu de la diminution de la médiatisation et de la visibilité. Il y aura moins de retour », assure l’économiste.

Une baisse d’abonnés et de merchandising

Avec 23.000 abonnés cette saison, le Losc peut se targuer d’être l’un des clubs les plus suivis de Ligue 1. Sauf qu’une relégation entraînerait une désaffection populaire. « La billetterie risquerait de perdre considérablement en valeur. En France, la performance est très déterminante sur le choix de se déplacer au stade. On a plus de spectateurs que de supporters. Quand on perd, les gens arrêtent de venir. »

>> A lire aussi : Le Losc atteint la barre des 23.000 abonnés

Des fonds d’investissement à rembourser rapidement

En ayant emprunté près de 100 millions d’euros à des fonds d’investissement pour se lancer dans ce projet #LOSCUnlimited, Gérard Lopez a pris un risque énorme.

« Les fonds d’investissement n’ont cure des résultats sportifs, ils veulent juste générer du profit rapidement. Si du jour au lendemain, le LOSC annonce qu’il n’a plus les moyens de pouvoir rembourser ce prêt et demande une renégociation des taux d’intérêt (estimés entre 8 et 12 %), le fonds d’investissement refusera et exigera d’être remboursé. Ça passera sans doute par la vente de joueurs voire celle d’un actif comme Luchin. Et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le club a communiqué cet hiver sur des offres de 70 millions pour plusieurs joueurs. C’est une façon de rassurer les investisseurs. »

Un affaiblissement sportif

Si Lille est relégué en Ligue 2, rien ne dit qu’il remontera immédiatement. Car une relégation va forcément affaiblir le club qui va se séparer de ses meilleurs éléments.

« C’est un cercle vicieux qui peut vite s’installer. Pour rembourser les fonds d’investissement, le LOSC va devoir vendre beaucoup de bons joueurs. S’ils vendent leurs meilleurs joueurs, ils ne vont plus beaucoup gagner. S’ils ne gagnent plus, ça va mal se passer en Ligue 2. Si ça se passe mal, les contrats sponsoring et marketing seront renégociés à la baisse. Et le club peut finir par disparaître à force de s’affaiblir. »

Une descente n’arrangerait pas non plus le contribuable

Seule bonne nouvelle pour le Losc. En cas de descente, son loyer annuel au stade Pierre Mauroy, qu’il verse à la métropole européenne de Lille (MEL) passerait de 4,7 millions d’euros à 1 million. Seul problème : le manque à gagner de 3,7 millions sera à combler par tous les contribuables de la métropole lilloise…

Conclusion : Gérard Lopez a joué au poker avec le LOSC

En voulant performer tout de suite et en empruntant beaucoup d’argent, le propriétaire du Losc a pris un risque énorme et mettra le club en péril en cas de relégation.

via GIPHY

« Le foot est un sport qui se construit sur le long terme. Malgré ses investissements depuis 2011, le PSG n’a pas encore gagné la Ligue des champions. Gérard Lopez a pris un risque incroyable. C’est absurde économiquement de croire qu’à très court terme, un club comme Lille va générer autant de profits et pouvoir vite rembourser des fonds d’investissement. On gagne de l’argent dans le foot quand on parie sur le Barça, Manchester ou la Juve mais pas avec Lille. Ça aurait pu marcher si les résultats avaient suivi tout de suite. Mais c’est très risqué. Si ça ne marche pas à court terme, c’est foutu à long terme. Les dirigeants du LOSC ont joué au poker. Ils ont fait tapis mais problème, ils sont en train de perdre. »