Yannick Cahuzac, le milieu de terrain du TFC, le 12 août 2017 contre Montpellier, en Ligue 1.
Yannick Cahuzac, le milieu de terrain du TFC, le 12 août 2017 contre Montpellier, en Ligue 1. — P. Pavani / AFP

FOOTBALL

Toulouse: Et si Yannick Cahuzac devenait le taulier du TFC?

Le rôle de l’ancien Bastiais, assez peu utilisé depuis son arrivée au TFC, dépasse les limites du terrain…

  • Le doyen de l’effectif toulousain s’est vite intégré à son nouvel environnement.
  • Performant lorsqu’il est utilisé, le milieu corse mériterait sans doute un plus grand temps de jeu.

Il y a peu de chances que Yannick Cahuzac laisse la même trace au TFC que son grand-père Pierre, vainqueur de la Coupe de France 1957 comme joueur puis champion de D2 en 1982 comme entraîneur. Mais à bientôt 33 ans (le 18 janvier), le milieu de terrain corse peut espérer mieux que le rôle d’intermittent du spectacle qu’il campe depuis son arrivée de Bastia, cet été.

« J’ai apprécié la performance de "Cahu", a lâché son entraîneur Pascal Dupraz après la victoire contre Bordeaux, mardi soir en Coupe de la Ligue (2-0). C’est un garçon que je ne peux pas aligner à chaque match mais qui à chaque fois amène son expérience. »

A ce poste éreintant de récupérateur, le doyen du vestiaire toulousain n’est peut-être plus en mesure de jouer systématiquement. Mais il aurait sans doute été capable de disputer davantage de rencontres que ses neuf apparitions (dont sept comme titulaire) sur 19 possibles depuis le début de saison.

>> A lire aussi : TFC-Bordeaux: Pascal Dupraz félicite «les supporters courageux»... mais éreinte les ultras

Si Alexis Blin (suspendu mardi) semble indiscutable, l’ex-emblème bastiais, pas maladroit techniquement, paraît au moins aussi légitime qu’un Giannelli Imbula des mauvais soirs, comme celui aperçu face aux Girondins.

Apaisé après 15 cartons rouges ?

D’autant plus que l’homme aux 15 cartons rouges en carrière, qui a dû quitter son club de cœur rétrogradé en National 3, semble apaisé. Cahuzac a « seulement » compilé quatre avertissements depuis le début de saison. « C’est un garçon agressif dans le bon sens du terme, assure Dupraz. Il est respectueux des règles. »

Andy Delort, l’homme en forme du moment, évoque « un guerrier, important et très respecté dans le groupe, qui pue l’expérience ». « Il sort de douze saisons à Bastia où il était capitaine, dans un contexte différent, poursuit l’avant-centre. Chaque fois qu’il joue, il répond présent. »

>> A lire aussi : Coupe de la Ligue: Bordeaux éliminé à Toulouse? Gourvennec fait front et attend le mercato

En revanche, « Cahu » parle peu à la presse, et pas forcément de lui, comme mardi après le match. « Il y a eu une prise de conscience du groupe, a-t-il lancé, trois jours après un premier succès contre Caen en L1 (2-0). On se laissait trop aller, on ne jouait pas forcément en équipe. » Un regain de forme à confirmer dès samedi à Strasbourg. Reste à savoir si Dupraz jugera son grognard corse apte à enchaîner un deuxième match d’affilée avec le quatorzième de Ligue 1.