Ligue 1: «Je n’ai jamais triché, je ne reviens pas sur ma parole», estime Stéphane Sessègnon

FOOTBALL Auteur d’un but somptueux contre Nice, le milieu du MHSC retrouve du plaisir après une année et un début de saison galère, sur et en-dehors du terrain...

Jerome Diesnis

— 

Stéphane Sessègnon, juste avant d'armer sa frappe contre Nice, dimanche, lors de l'ouverture du score contre Nice.
Stéphane Sessègnon, juste avant d'armer sa frappe contre Nice, dimanche, lors de l'ouverture du score contre Nice. — Nicolas Bonzom / Agence Maxele Presse

Sa frappe de l’extérieur du pied droit, dans la lucarne de Yoan Cardinale, a fait gronder la Mosson de plaisir. En inscrivant le but de la victoire contre Nice (2-0), dimanche, Stéphane Sessègnon a confirmé son retour au premier plan. « Il a retrouvé les cannes qu’il n’avait pas en début de saison. Sa préparation n’a pas été bonne, parce qu’il a bénéficié de deux semaines de vacances supplémentaires dues aux sélections, souligne son coach Michel Der Zakarian. Aujourd’hui, il est plus tonique, capable de mieux utiliser le ballon, même s’il peut encore mieux faire, dans le choix des passes notamment. »

>> A lire aussi : Né le jour du décès de Loulou, un club alsacien porte les couleurs du MHSC en son hommage

En fait, c’est bien plus que ça. Ce but symbolise son retour en grâce. Écarté à deux reprises du groupe, titularisé cinq fois seulement, le milieu créateur a vécu un début de saison dans la lignée de la précédente. Quand il s’était sacrifié dans un rôle contre-nature de relayeur. « J’ai beaucoup galéré assure le Béninois. La saison a été compliquée. On a enchaîné les bons et les très mauvais moments. C’est vrai, je me suis interrogé sur la suite à Montpellier. »

« J’ai une conscience »

En août, il s’est demandé à voix haute s’il resterait au club avec lequel il est lié jusqu’en juin 2018. La situation s’est éclaircie : « Ça va mieux sur le terrain, comme dans ma vie personnelle. Mes enfants et ma compagne m’ont rejoint, après une année passée loin d’eux. Je peux me consacrer à 100 % au foot. » Entre-temps, les critiques ont eu le temps de s’abattre, lui qui était soupçonné de choisir ses matchs. « Il est difficile d’être bon tout le temps, objecte-t-il. Ça m’est passé au-dessus parce que j’ai l’expérience pour ça. Mais je ne choisis pas mes matchs, je n’ai jamais triché. »

>> A lire aussi : Ligue des champions féminine: Montpellier tombe sur Brescia et c’est plutôt un bon tirage

Difficile de ne pas croire l’ancien joueur du PSG, un homme de parole. Il y a un an, alors qu’il s’était déjà engagé verbalement à signer au MHSC, l’ex de West Bromwich Albion avait obtenu la prolongation de son permis de travail en Angleterre. Le précieux sésame aurait pu lui permettre de rester dans la lucrative Premier League. « J’ai pesé le pour et le contre, c’est vrai. Mais par rapport à ma conscience, je ne pouvais pas revenir sur ma parole donnée au coach Frédéric Hantz eu au président Nicollin. Et je ne le regrette pas », raconte le milieu de terrain.

>> A lire aussi : Ruben Aguilar, du fin fond de de la septième division... à Kylian Mbappé

Pas plus qu’il ne regrette sa trajectoire, qui aurait pu être plus brillante encore. « Il y a quelques années, j’ai failli signer pour un Big Four anglais se souvient-il. Ça ne s’est pas fait, c’est la vie. Aujourd’hui, ma seule ambition, c’est prendre un maximum de plaisir sur le terrain. » Après avoir enchaîné deux nuls contre Paris (0-0) et Monaco (1-1) et s’être offert Nice, le MHSC continue l’ascension des cols hors catégorie avec un déplacement ce vendredi à Saint-Etienne.