VIDEO. JO 2016: « Dans le village olympique, les finitions ne sont pas faites, le sol est un peu sale, mais on va nettoyer »

SPORT Alors que pour les Australiens, le village olympique n’est « pas habitable », le canoéiste français Matthieu Péché nous a fait visiter sa chambre à Rio, et il a l’air heureux… 

Propos recueillis par Antoine Magallon
— 
Une chambre au sein du village olympique de Rio.
Une chambre au sein du village olympique de Rio. — Leo Correa/AP/SIPA

Des écoulements d’eau le long des murs, des courts-circuits et des toilettes bloqués dans les chambres des athlètes ? Les délégationsaustraliennes et de Néo-zélandaises ont crié au scandale lundi en découvrant le village olympique qu'elles ont qualifié de site « pas habitable », déclenchant un début de polémique à Rio sur les retards pris par les travaux.

>> A lire aussi : JO 2016 : A peine inauguré, le village olympique de Rio vivement critiqué par les sportifs

A 20 minutes, on est allé demander à Matthieu Péché, canoéiste français, et parmi les tout premiers athlètes tricolores arrivés sur place, de nous parler du village olympique. Et franchement c’est loin d’être l’apocalypse décrite par les sportifs de l’hémisphère sud.

Les athlètes Australiens ont constaté des « courts-circuits électriques » ainsi qu’une forte « odeur de gaz », c’est la même chose dans le bâtiment français ?

Non, ça va ! Le bâtiment a même été décoré avant notre arrivée. Après voila, les finitions ne sont pas faites, le sol est un peu sale, mais on va nettoyer. Ce ne sont pas des conditions spartiates, et je ne sais pas si c’est partout pareil mais nous, on est bien loti. Il y a une fuite en bas de l’immeuble, ça fait un petit jet d’eau mais des ouvriers sont dessus. Comme sur le toit, il y a des jacuzzis dont l’eau est croupie mais partout dans l’immeuble il y a des mecs qui bossent, donc ça devrait être nickel pour la cérémonie d’ouverture (5 août).

Et pour ce qui est des trajets et de l’ambiance dans Rio ?

On n’est pas là pour faire du tourisme. On a juste visité le village olympique et fait la route jusqu’au bassin pour s’entraîner, mais pour l’instant il n’y a aucun problème. On est arrivé vers minuit hier et on a tout de suite reçu nos accréditations. Les transports sont au point, que ce soit de l’aéroport au village ou du village au bassin olympique, il y a des navettes et elles mettent même moins longtemps que prévu.

Et niveau sécurité, c’est comment, Rio ?

C’est assez impressionnant. L’armée a été déployée dans la ville. On a aussi vu quatre ou cinq chars stationnés à des points stratégiques sur notre trajet. Sans compter l’hélicoptère qui tourne au-dessus du village et du bassin olympique.