Dopage : Valérie Fourneyron qualifie de « décevante » la décision du CIO sur les sportifs russes

OLYMPISME L'ancienne ministre des Sports affirme que « le CIO rate la marche de l’histoire » en ne suspendant pas collectivement les sportifs russes en marge des Jeux Olympiques de Rio...

W.P.
— 
Valerie Fourneyron
Valerie Fourneyron — HARSIN ISABELLE/SIPA

La décision du Comité international olympique (CIO) de ne pas exclure collectivement la Russie des Jeux Olympiques de Rio ne fait pas que des heureux. Si le ministre russe des Sports Vitali Moutko a salué dimanche la décision finale du CIO, Valérie Fourneyron, présidente de la Commission « médecine santé recherche » à l’Agence mondiale antidopage, a de son côté fait part de son mécontentement sur France Info, lundi.

>> A lire aussi : JO-2016: la décision du CIO sur la Russie divise le mouvement sportif

Selon elle, « le CIO rate la marche de l’histoire » en prenant une décision que l’ancienne ministre des Sports qualifie de « décevante » compte tenu des faits récemment avancés par le rapport McLaren faisant état d’un dopage organisé en Russie. « On était face au plus vaste programme de dopage d’Etat de toute l’histoire depuis la chute de la RDA. Un programme piloté par le gouvernement russe et les services secrets. Les preuves étaient accablantes et finalement la décision du CIO laisse ce système impuni », a ajouté Valérie Fourneyron.

>> A lire aussi : JO 2016 : Quelles conditions doit réunir un athlète russe pour avoir le droit de participer aux Jeux Olympiques ?

Le CIO a décidé de remettre entre les mains des Fédérations Internationales de chaque sport la décision d’autoriser ou non les sportifs russes à aller aux Jeux de Rio. Un choix que conteste l’ancienne ministre des Sports. « A 11 jours des Jeux, ça sera des décisions très différentes en fonction des sports », estime-t-elle, avant de conclure son intervention sur la perpétuelle lutte contre le dopage dans le sport.

« Il ne faut ne jamais rien lâcher à la fois sur la recherche, sur les enquêtes, sur le travail avec les mouvements sportifs. Ce sont tous les partenaires du sport, les gouvernements comme les fédérations internationales comme le CIO et les comités olympiques qui feront la réussite de la lutte antidopage », a terminé Valérie Fourneyron.