Facebook : Les utilisateurs peuvent maintenant gérer les données collectées sur des sites tiers

TRANSPARENCE Les utilisateurs seront désormais « invités à consulter leurs données dès qu’ils visiteront leurs comptes », a déclaré le PDG Mark Zuckerberg

20 Minutes avec agences

— 

La confidentialité des données sur Facebook (illustration).
La confidentialité des données sur Facebook (illustration). — ISOPIX/SIPA

Les utilisateurs de Facebook auront désormais accès aux données personnelles collectées par les sites Web et applications extérieurs au réseau social, et pourront les supprimer. C’est ce qu’a annoncé l’entreprise ce mardi.

Recherches, shopping en ligne : chaque internaute pourra désormais consulter les informations récoltées par Facebook pour cibler ses publicités. Cet outil, baptisé « Off-Facebook Activity », offre « un nouveau niveau de transparence et de contrôle », a indiqué Mark Zuckerberg sur son blog.

Laisser la main aux utilisateurs sur leurs données

« Dès aujourd’hui, notre outil Off-Facebook Activity est disponible pour les utilisateurs de Facebook à travers le monde », a précisé le PDG. « Nous travaillons sur ce sujet depuis un moment car nous avons dû reconstruire certains de nos systèmes pour rendre cela possible. » Les utilisateurs seront invités à consulter leurs données dès qu’ils visiteront leurs comptes, dans le cadre du « bilan de confidentialité » instauré par le réseau social.

Cet outil devrait permettre de lever un peu le voile sur certaines pratiques de Facebook, notamment ses techniques pour cibler les annonces publicitaires. « D’autres entreprises nous envoient des informations sur l’activité sur leurs sites et nous les utilisons pour vous montrer des publicités pertinentes », a expliqué Mark Zuckerberg.

Facebook cherche à restaurer son image après plusieurs scandales sur sa gestion des données personnelles, notamment le scandale Cambridge Analytica. L’un des objectifs est de « bâtir des protections de la vie privée plus solides pour chacun, a déclaré Mark Zuckerberg. Dans les semaines à venir nous encouragerons près de deux milliards de personnes dans le monde à revoir leurs paramètres de confidentialité. »