Google : La police devra maintenant payer pour avoir accès aux données personnelles des utilisateurs

ENQUÊTES Le géant américain facturera jusqu'à 245 dollars la fourniture d'enregistrements de communication aux services de police

20 Minutes avec agence

— 

Illustration du logo Google.
Illustration du logo Google. — : SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

Pour collecter et conserver les données de ses utilisateurs, Google n’a pas son pareil. Une véritable aubaine pour les forces de l’ordre, qui se servent de cette base d’informations dans le cadre de leurs enquêtes. Mais ce service aura bientôt un coût : Google va désormais faire payer l’accès à ces données aux services de police, selon une information du New York Times relayée par le site Presse-Citron.

Au premier trimestre 2019, Google a reçu plus de 75.000 demandes des services de police portant sur 165.000 comptes d’utilisateurs dans le monde entier. Or, le traitement quotidien de ces demandes a un coût pour l’entreprise. Cette dernière va donc désormais facturer l’équivalent de 45 dollars pour communiquer des informations « de base » aux services de police.

Des dérogations pour « les mineurs » et les « situations d’extrême urgence »

Les enregistrements de communication seront « vendus » plus cher, entre 150 et 245 dollars. Seules les « enquêtes sur les mineurs » et « situations d’urgence extrême » permettront aux autorités d’échapper à un paiement en règle.

On ignore encore l’impact possible d’une telle mesure, d’autant que Google n’est pas l’unique entreprise américaine à détenir un volume massif de données personnelles. Facebook, l’autre géant californien de la donnée, n’a pas encore réagi à cette annonce.