Facebook dating: On sait à quoi pourrait ressembler le site de rencontres du réseau social

WEB Facebook Dating, le futur service de rencontres intégré au réseau social, est actuellement testé par les employés américains de la firme…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration Facebook.
Illustration Facebook. — Richard Drew/AP/SIPA

On en sait un peu plus sur « Facebook Dating », le futur service de rencontres intégré à Facebook, en cours de développement.

Le 3 août dernier, la chercheuse Jane Manchun Wong a annoncé sur Twitter avoir découvert une version préliminaire du projet, grâce à des analyses menées sur le code source de la plateforme. Elle a publié quelques captures d’écran de cette version.

Une version en phase de test

De son côté, le géant californien a confirmé que le produit était actuellement testé par les employés américains du groupe, rapporte Le Figaro. Selon la firme, les données récoltées dans cette version-test seront effacées avant le lancement de la version officielle.

Le futur service de rencontres sera intégré au réseau social social existant, et ne nécessitera pas d’application séparée. Chacun des utilisateurs pourra personnaliser son « profil de rencontre », qui restera séparé de son profil principal et ne pourra pas être consulté par ses amis Facebook.

Un outil au service de « relations durables »

En mai dernier, lors de la conférence Facebook F8, Mark Zuckerberg avait déclaré que Facebook Dating serait conçu de manière à construire des relations durables. Une nouvelle illustration de la stratégie de la firme californienne, qui souhaite désormais capitaliser sur les « interactions sociales sérieuses ».

Selon le site TechCrunch, Facebook a prévu un garde-fou pour empêcher les comportements abusifs : les utilisateurs ne pourront s’intéresser qu’à un nombre limité de profils à la fois.

Facebook Dating se démarquerait de la concurrence de par son fonctionnement entièrement gratuit. Il ne nécessitera aucun abonnement et serait, au moins dans un premier temps, vierge de toute publicité.

>> A lire aussi : Zuckerberg tente d'expliquer pourquoi Facebook ne censure pas le négationnisme

>> A lire aussi : Etats-Unis: Facebook essaie d'obtenir vos données bancaires