États-Unis: Facebook supprime l’événement organisé par un groupe antiraciste à Washington

MODÉRATION Le réseau social a fait une erreur dans le cadre de sa lutte contre les contenus créés pour désinformer, manipuler et déstabiliser l’opinion publique…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration Facebook.
Illustration Facebook. — Richard Drew/AP/SIPA

La page Facebook d’un rassemblement antiraciste à Washington ( États-Unis) a été effacée par le réseau social. L’événement devait rassembler plus de 600 personnes du 10 au 12 août.

« No Unite the Right 2-DC », une contre-manifestation mise en place en réponse à l’évènement « Unite the Right » organisé par des suprémacistes blancs, a fait les frais de la nouvelle politique de Facebook, explique le HuffPost. Dans leur effort pour supprimer les contenus conçus pour désinformer et manipuler, les responsables sont allés un peu trop loin.

Des arguments un peu légers ?

Facebook a en fait fermé Resisters, la page des activistes féministes et anti-Trump qui avaient lancé l’événement. Le compte, présentant selon le réseau social des « comportements identiques » à ceux contre lesquels il essaie de lutter, a disparu – entraînant la suppression de l’événement.

Pour se justifier, Facebook a indiqué que de nombreux utilisateurs liés à Resisters utilisaient des VPN pour masquer leur adresse IP – une pratique plutôt courante dans ce milieu. De plus, la page aurait été administrée par un compte lié à l’organisation d’influence russe « Internet Research Agency ». Ce à quoi les activistes ont répondu que la fameuse administration avait duré en tout et pour tout… sept minutes.

Des « pions » pour Facebook

« Facebook supprime pas des pages d’extrême droite organisant la haine, mais ils suppriment ceux qui essaient de la contrer », accuse l’un des organisateurs de l’événement. « [Il] nous utilise comme pion pour essayer de montrer aux Républicains qu’ils ne sont pas focalisés contre la droite ».

Pour bien mettre les choses au clair, les militants ont donc explicité que « la contre-manifestation n’est pas organisée par les Russes. Nous avons obtenu les autorisations à Washington », a ajouté l’organisateur sur Twitter.

>> A lire aussi : Zuckerberg tente d'expliquer pourquoi Facebook ne censure pas le négationnisme

>> A lire aussi : Nordpresse accuse Facebook de «censure», le réseau social évoque un problème technique