Le 11 avril prochain, le patron de Facebook sera entendu par le Congrès américain pour répondre au scandale Cambridge Analytica.
Le 11 avril prochain, le patron de Facebook sera entendu par le Congrès américain pour répondre au scandale Cambridge Analytica. — JOSH EDELSON / AFP

DATING

Facebook, menacé de désamour, lance son service de rencontres amoureuses

L'annonce, alors que les utilisateurs sont réticents à partager plus après le scandale Cambridge Analytica, inquiète en tout cas la concurrence...

La nouvelle provoque des sueurs froides chez les sites et applications de dating existants. Mark Zuckerberg a annoncé mardi que Facebook allait ajouter aux fonctions de Facebook celle d’un site de rencontres pour les personnes à la recherche de relations durables.

« Il y a 200 millions de personnes sur Facebook qui se disent célibataires. Clairement, il y a quelque chose à faire », a lancé le PDG du premier réseau social mondial lors de la journée des développeurs du site à San José (Californie). Il a précisé que cette fonction ne visait pas à faciliter les rencontres ponctuelles : « Ce sera destiné à construire des relations authentiques et durables, pas seulement des plans d’un soir ».

Facebook jure que votre profil amoureux ne servira pas à cibler des pubs

Concrètement, la nouvelle fonctionnalité doit permettre aux utilisateurs de Facebook de se créer un nouveau profil, en parallèle de leur compte principal. Les deux seront isolés, et vos amis Facebook ne pourront pas voir votre profil de dating. Celui-ci aura sa propre boîte de messagerie, qui ne permettra d’envoyer ni liens ni fichiers, par sécurité.

Pour jouer les Cupidon, le service utilisera un algorithme dédié qui prendra en compte les intérêts et les amis en commun, notamment. Alors que Facebook, en plein scandale Cambridge Analytica, est menacé de désamour par ses abonnés, il jure que les données fournies sur votre profil de dating ne serviront pas à vous envoyer de la pub ciblée.

Cette évolution a de quoi inquiéter la concurrence, vu la force de frappe massive que va donner à Facebook sa base de deux milliards d’utilisateurs. L’action de Match Group, l’entreprise américaine qui possède Tinder, Match.com - l’un des principaux sites de rencontres aux Etats-Unis - ou OkCupid, s’est effondrée à Wall Street après cette annonce. Celle du réseau de Mark Zuckerberg a gagné 1,1 %.