Facebook et Google «manipulent» les utilisateurs malgré le RGPD, selon une étude

RAPPORT Facebook et Google pousseraient les utilisateurs à partager leurs informations...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration des données personnelles
Illustration des données personnelles — SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA

Les réglages proposés par Facebook et Google contreviennent au nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), même après son entrée en vigueur le 25 mai. En proposant des paramétrages par défaut « intrusifs », qui laissent peu de choix en termes de confidentialité, les deux géants américains pousseraient, en effet, les utilisateurs à partager leurs informations malgré la nouvelle législation européenne.

Tel est le constat, publié ce mercredi, par le Conseil norvégien des consommateurs. « Ces sociétés nous manipulent pour que nous partagions des informations sur nous-mêmes », explique ainsi le directeur des services numériques du Conseil, Finn Myrstad, dans un communiqué.

« Les utilisateurs ont très peu de choix réels »

Selon les éléments étudiés, les paramètres par défaut de Facebook et Google sont le plus souvent les moins respectueux de la vie privée. En outre, les utilisateurs les changent rarement. Les réglages plus favorables à la confidentialité​ « nécessitent plus de clics et sont souvent cachés », détaille le Conseil.

« Dans de nombreux cas, les services cachent le fait que les utilisateurs ont très peu de choix réels, et que le partage complet de données est accepté simplement en utilisant le service », résume les experts dans leur étude. « Cela montre un manque de respect pour leurs utilisateurs, et contourne la notion de laisser aux consommateurs le contrôle de leurs données personnelles », souligne encore Finn Myrstad.

Facebook a dénoncé d’emblée les conclusions de l’étude, rappelant s'être préparé pendant dix-huit mois au nouveau règlement européen. « Nous avons rendu nos pratiques plus claires, nos réglages de confidentialité sont plus simples à trouver et nous avons mis en place de meilleurs outils pour que les gens accèdent, téléchargent et effacent leurs informations personnelles », a affirmé un porte-parole de Facebook à la télévision publique norvégienne NRK.

>> A lire aussi : Action de groupe contre les géants du numérique: «En six semaines, 11.000 personnes ont signé notre plainte»

>> A lire aussi : QUIZ. Données, donnez-moi: Combien pourriez-vous vous mettre dans la poche en revendant vos datas?

>> A lire aussi : VIDEO. C’est quoi le RGPD, la nouvelle loi européenne?