Espagne: Facebook visé par la plainte collective de ses 26 millions d'usagers

JUSTICE Une association espagnole « considère que Facebook a enfreint la législation sur la protection des données »…

20 Minutes avec AFP

— 

Mark Zuckerberg au salon VivaTech, le 24 mai 2018.
Mark Zuckerberg au salon VivaTech, le 24 mai 2018. — VIVA TECH-JOLY/VIVA TECHNOLOGY/SIPA

Facebook est dans le viseur de ses usagers espagnols. Une organisation espagnole a annoncé ce mercredi qu’elle allait déposer une plainte collective contre le réseau social, accusé d’avoir exploité illégalement les données personnelles des usagers. Elle réclame « au moins 200 euros » de compensation par utilisateur.

Derrière la plainte, se cachent des millions de personnes. Dans un communiqué, l’Organisation de consommateurs et usagers (OCU) indique qu’en déposant plainte, elle « représentera non seulement les usagers affectés par le scandale Cambridge Analytica mais tous les usagers de Facebook en Espagne », soit pas moins de 26 millions d’inscrits.

L’organisation indique agir conjointement avec d’autres groupes de consommateurs au Portugal (Deco-Proteste), en Belgique (Test-atachts) et en Italie (Altroconsumo). OCU « considère que Facebook a enfreint la législation sur la protection des données, en n’informant pas et en ne sollicitant pas l’autorisation des usagers » pour en faire usage.

Une plainte française collective

Le 22 mai, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, avait présenté ses excuses devant le Parlement européen. Il a fait de même un peu plus tôt devant les parlementaires américains, pour les lacunes de son réseau social dans la protection des données de ses utilisateurs. Ces manquements ont été notamment illustrés par le scandale Cambridge Analytica, société accusée d’avoir collecté et exploité sans leur consentement les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs de Facebook à des fins politiques.

Lundi, une association française de défense des internautes, La Quadrature du Net, avait annoncé avoir déposé cinq plaintes collectives contre Google, Apple, Facebook, Amazon et LinkedIn, les accusant d’exploiter de manière illégale les données personnelles de leurs usagers.

>> A lire aussi : Facebook, Google, Twitter... Les géants d'Internet sont-ils en règle avec le RGPD?

>> A lire aussi : RGPD. 12.000 civils portent plainte car on ne leur a «pas laissé le choix»