VIDEO. Affaire Cambridge Analytica/Facebook: Mark Zuckerberg s'excuse et reconnaît des erreurs

WEB Le jeune milliardaire promet de mieux protéger les données des utilisateurs...  

P.B. avec AFP

— 

Mark Zuckerberg au Facebook Communities Summit, le 21 juin 2017 à Chicago.
Mark Zuckerberg au Facebook Communities Summit, le 21 juin 2017 à Chicago. — Nam Y. Huh/AP/SIPA

Il sort de son silence. Mercredi, Mark Zuckerberg s'est dit «désolé» et a reconnu des «erreurs» après des jours de polémique autour de l’utilisation de données personnelles de millions d’utilisateurs de Facebook à leur insu par la firme britannique Cambridge Analytica.

«Cela a constitué un abus de confiance très important et je suis vraiment désolé de ce qui s'est passé. Notre responsabilité est de faire en sorte que cela ne se reproduise pas», a déclaré le responsable dans une interview mercredi soir sur la chaîne CNN, formulant enfin des excuses très attendues. Mark Zuckerberg a également indiqué qu'il «serait heureux» de venir témoigner devant le Congrès américain.

 

Alors même que le scandale devenait retentissant, Mark Zuckerberg était pourtant resté silencieux ces derniers jours avant de rompre son silence plus tôt mercredi via une publication sur sa page Facebook. Il y reconnaissait "des erreurs" et sa "responsabilité dans ce qui se passe" sur Facebook, mais sans s'excuser. Sa numéro deux Sheryl Sandberg, a quant à elle exprimé des "regrets" peu après.

Mark Zuckerberg a aussi promis de limiter l'accès aux données personnelles par les applications tierces - comme celle qui est mise en cause dans le scandale qui éclabousse le réseau social - et de les passer au peigne fin. Il a également promis d'informer tous les utilisateurs dont les données auraient pu être utilisées sans leur consentement.

>> A lire aussi : Qui est Cambridge Analytica, cette firme qui se vante d'influencer des élections?

«Il y a encore à faire, nous devons aller plus vite et le faire», a aussi écrit Mark Zuckerberg aux plus de 2 milliards d’usagers du réseau social mais aussi aux actionnaires qui encaissent de lourdes pertes depuis plusieurs jours. «Nous avons la responsabilité de protéger vos données et si nous ne pouvons pas le faire, nous ne méritons pas de vous servir», ajoute-t-il.

Un audit des applications et des réglages plus clairs

Parmi les annonces du jeune milliardaire, voici les plus importantes :

  • Facebook va effectuer un audit « de toutes les applications ayant eu accès à de grandes quantités de données personnelles ». Avant 2014, utiliser une app comme Farmville ou un test de personnalité donnait accès aux données de tous ses amis sans que ces derniers soient au courant.
  • Si un utilisateur n’a pas utilisé une app depuis trois mois, les données partagées avec le développeur seront réduites au nom, adresse email et photo de profil.
  • Un nouvel outil permettra de facilement contrôler à quelles données une application a accès.

Encore beaucoup de questions

Mark Zuckerberg se positionne en victime, affirmant que le psychologue Aleksandr Kogan a enfreint les règles du réseau en vendant les données qu’il avait collectées à Cambridge Analytica. Mais un ancien cadre de Facebook, Sandy Parakilas, l’affirme au Guardian : « Il n’y avait aucun contrôle, une fois que les données quittaient les serveurs de Facebook, personne ne savait où elles allaient ». Il suggère que l’entreprise a fermé les yeux et laissé se développer un marché noir des informations personnelles. Le but : attirer le plus de développeurs possible afin que les utilisateurs passent davantage de temps sur Facebook. Mark Zuckerberg n’a sans doute pas fini de s’expliquer.