20 Minutes : Actualités et infos en direct
AUDIOCinq enceintes Bluetooth baroudeuses pour streamer tout l’été

Enceintes Bluetooth : Cinq nomades qui résistent à tout pour l’été

AUDIOPour l’été, « 20 Minutes » a testé cinq nouvelles enceintes Bluetooth qui résistent à la poussière, aux projections d’eau et à l’immersion
Cinq enceintes Bluetooth résistantes pour les sorties d'été
Christophe Séfrin

Christophe Séfrin

L'essentiel

  • Les petites enceintes Bluetooth se sont imposées dans nos vies et peuvent nous accompagner dans tous nos déplacements.
  • A la veille des migrations estivales, les constructeurs renouvellent leurs gammes et proposent des appareils plus endurants qui, avec la norme IP67, résistent désormais à la poussière, aux projections d’eau et à l’immersion.
  • Pour autant, tous ne se valent pas, avec des autonomies qui diffèrent, mais aussi un système applicatif plus ou moins abouti.

Les fabricants d’enceintes Bluetooth nous jouent leur petite musique estivale. Leurs nouveautés s’apprêtent à prendre la route des vacances avec dans leurs valises une résistance accrue aux aléas du quotidien. Avec la norme IP67, leurs enceintes nomades résistent désormais à la poussière, aux projections d’eau et à l’immersion jusqu’à 1 mètre durant 30 minutes. Mais toutes ne se valent pas, comme a pu le constater 20 Minutes en testant cinq nouveautés.

La polyvalente : Roam, de Sonos

L’enceinte Sonos Roam (430 g, pour 168 x 62 x 60 mm) possède une particularité : elle est Wifi et Bluetooth.

L'enceinte Roam de Sonos.
L'enceinte Roam de Sonos. - SONOS

Wifi, elle peut être associée à d’autres enceintes de la marque américaine pour rejoindre une configuration multiroom à la maison. Bluetooth, elle s’invite sur le balcon, la terrasse ou en voyage. Malgré sa petite taille, Roam, qui se pilote depuis une application riche en services de streaming compatibles (Spotify, Deezer, Amazon Music, Qobuz, Tidal, Apple Music), diffuse un son bien charpenté, avec des basses sérieuses, et affiche une autonomie proche d’une dizaine d’heures. 199 euros.

Notre avis : La petite Roam, qui vient d’être lancée dans de nouveaux coloris (gris, sunset, wave et olive, en plus du noir) tient ses promesses et l’on apprécie son passage automatique du Wifi au Bluetooth lorsque l’on passe de l’intérieur de la maison à l’extérieur. Cela permet une écoute en continu. On regrette qu’elle ne soit pas multipoint, mais surtout que lancée il y a un an à 179 euros, son prix soit désormais à 199 euros. L’inflation, qu’on nous dit.

La puissante : Flip 6, de JBL

De taille contenue (550 g, pour 178 x 68 x 72 mm), proposée en six coloris et affichant une puissance de 30 watts, la Flip 6 est équipée de deux haut-parleurs frontaux, contre un pour son aînée, la Flip 5. La nouvelle enceinte JBL améliore ainsi sa qualité audio.

L'enceinte Flip 6 de JBL.
L'enceinte Flip 6 de JBL. - JBL

Plus solide dans les aigus grâce à l’apport d’un tweeter, elle diffuse un son ample qui peut être démultiplié grâce au mode Party Boost. Celui-ci permet de jumeler des enceintes compatibles de la marque en stéréo, ou en diffusion collective. Son autonomie est annoncée jusqu’à 12 heures. 139 euros.

Notre avis : On ne change pas un concept qui gagne ! JBL fait évoluer son enceinte star, la Flip, mais manque peut-être d’audace. Désormais résistante, avec une qualité audio accrue et une compatibilité multipoint, elle reste une valeur sûre, avec un son qui se révèle puissant. Dommage que son application ne permette pas d’aller plus loin dans la personnalisation audio. Et dommage, aussi, que depuis la Flip 5, la fonction kit mains libres ait disparu, alors qu’elle existait sur la Flip 4 !

L’endurante : Emberton II, de Marshall

Avec son Emberton II la marque d’amplificateurs de scène reste fidèle à son ADN : enceinte « lookée » rock et esthétique iconique.

L'enceinte Emberton II de Marshall.
L'enceinte Emberton II de Marshall. - MARSHALL

Compacte (700 g, pour 68 x 160 x 76 mm), elle se glisse partout et peut streamer musique, radio ou podcasts en Bluetooth 5.1. Pour en personnaliser le rendu, l’application Marshall Bluetooth offre l’accès à trois modes d’égalisation : Marshall (pour la signature audio de la marque) ; Push (pour renforcer les basses) et Voice (pour mettre en avant les voix). Son autonomie est annoncée jusqu’à 30 heures. 169 euros.

Notre avis : Marshall fait évoluer à la marge la première version de son enceinte Emberton : prise en charge par l’application Marshall Bluetooth avec ses trois égalisateurs ; association possible à d’autres enceintes Emberton II ; autonomie renforcée (30 heures au lieu de 20 heures) ; et passage à la norme IP67. De quoi justifier un surcoût 20 euros par rapport à son aînée. De son côté, le son est riche, mais subit les affres de la distorsion dès que l’on franchit la barre des 50 % du volume sonore possible.

La lumineuse : Sound Joy, de Huawei

Huawei et le spécialise du son Devialet se retrouvent autour de la Sound Joy, une enceinte au format tubulaire (680 g, pour 202 x 73 mm).

L'enceinte Sound Joy de Huawei.
L'enceinte Sound Joy de Huawei. - HUAWEI

A poser horizontalement, verticalement, ou à accrocher à l’aide de sa dragonne, l’appareil aux belles finitions est aussi à l’aise à l’intérieur qu’à l’extérieur. Originalité : cette enceinte intègre sur son flanc droit un anneau lumineux dont on peut régler la couleur dans l’application AI Life. Son autonomie est promise jusqu’à 26 heures. 149 euros.

Notre avis : En noir ou vert, l’enceinte Sound Joy est un bel objet qui assure une présence sonore solide, avec des basses fermes et une dynamique qui s’entend. Mais si la qualité audio de cette enceinte Bluetooth 5.2 est au rendez-vous, elle n’est pas multipoint. Et, pire : son appairage est à effectuer à chaque usage ! De son côté, l’autonomie annoncée peine vraiment à être atteinte.

La communicante : SoundLink Flex, de Bose

Avec sa Soundlink Flex, Bose propose une enceinte taillée pour les sorties. Discrète (590 g, pour 91 x 200 x 53 mm), la SoundLink Flex s’accroche partout à l’aide de sa dragonne latérale. Il conviendra de lui associer un mousqueton (non fourni).

L'enceinte SoundLink Flex de Bose.
L'enceinte SoundLink Flex de Bose. - BOSE

Optionnelle pour utiliser l’enceinte, l’application Bose Connect offre accès à quelques réglages : Mode Soirée pour la coupler avec une autre SoundLink, minuteur d’arrêt automatique (au bout de 5, 20, 40 minutes…)… Si son autonomie, jusqu’à 12 heures à volume modéré, reste sobre, sa fonction kit mains libres est un vrai plus par rapport à de nombreuses enceintes concurrentes qui ne la proposent pas. 169 euros.

Notre avis : Agréable en main avec son dos en silicone, cette enceinte disponible en trois coloris (bleu, blanc, noir) donne satisfaction, même si son autonomie ne fait pas de miracles. Sa robustesse reste un point fort (et avantage sécuritaire : l’enceinte flotte !). On aurait aimé pouvoir personnaliser le rendu sonore à travers son application. Bien qu’il soit très qualitatif et fort en basses et bas médium, il manque d’un peu de brillance.

Sujets liés