Un gendarme vous convoque par mail à la brigade des mineurs ? Attention à cette campagne de spams

FAKE OFF De nombreux internautes indiquent avoir reçu une fausse convocation à la « brigade de protection des mineurs »

Mathilde Cousin
— 
Ce mail est une « arnaque », prévient la Gendarmerie nationale.
Ce mail est une « arnaque », prévient la Gendarmerie nationale. — Capture d'écran Twitter et montage 20 Minutes
  • Une campagne de spams, usurpant l’identité de la gendarmerie et de la directrice d’Europol, circule en ce moment.
  • Ces e-mails frauduleux contiennent une fausse convocation à « la brigade de protection des mineurs ».
  • Il s’agit d’une arnaque, confirme la Gendarmerie à 20 Minutes. La police fédérale belge a aussi alerté sur ces messages.

C’est une lectrice qui nous a alertés sur cette campagne de spams. Le message frauduleux indique que vous êtes convoqués par la gendarmerie dans le cadre d’une affaire en cours, en vertu de « l’article 390-1 du Code de procédure pénale ». L’auteur du message vous invite à cliquer sur une pièce jointe, qui contiendrait la convocation. D’autres internautes ont également été visés.

Une variante vous envoie directement une fausse convocation, en usurpant l’identité de Christian Rodriguez, le directeur général de la Gendarmerie nationale, et celle de Catherine de Bolle, la directrice belge d’Europol. Le message indique que des « poursuites judiciaires » sont engagées contre le destinataire du mail, pour des faits de « pédopornographie, pédophilie, exhibitionnisme, cyber pornographie et trafic sexuel ».

Attention à ce mail, qui ne provient pas de la gendarmerie.
Attention à ce mail, qui ne provient pas de la gendarmerie. - Copie d'écran Twitter

FAKE OFF

Ces messages sont des « arnaques », confirme la Gendarmerie nationale auprès de 20 Minutes. « La Gendarmerie nationale n’envoie pas de mail précisant que vous avez consulté un site pédopornographique », a par ailleurs démenti l’institution sur Twitter.

Si des faits d’une telle nature vous étaient reprochés, les gendarmes se rendraient directement à votre domicile et ne vous convoqueraient pas par mail, ajoute-t-elle.

La police fédérale belge a également démenti l’authenticité de cette « convocation ». Si vous avez un doute sur l’authenticité d’un message que vous recevez, elle rappelle qu’il ne faut jamais répondre « à un e-mail qui vous semble étonnant, voire suspect ». Si le message contient des fautes d’orthographe ou de grammaire, c’est là encore suspect. Ces conseils sont bien sûr valables pour les internautes français.

Les policiers belges rappellent également de ne jamais communiquer des données personnelles (mot de passe, identifiants…) ou bancaires par mail ou par téléphone. Enfin, les policiers conseillent de s’assurer de l’authenticité de l’e-mail en contactant le prétendu émetteur, sans répondre à l’e-mail reçu. Ici, il est possible de contacter les gendarmes français par tchat sur ce site du ministère de l’Intérieur.

Vous pouvez également signaler un spam ou un contenu illicite sur ce site internet dédié, complète Maddy Scheurer, la porte-parole de la Gendarmerie nationale.

Que faire si vous avez donné suite au mail ? La porte-parole conseille de déposer plainte. L’idéal étant d’avoir pris au préalable toutes les précautions nécessaires pour ne pas se faire piéger.